En colère, les "experts" de la police scientifique font grève

  • A
  • A
En colère, les "experts" de la police scientifique font grève
@ EUROPE 1/Guillaume Biet
Partagez sur :

Des rassemblements d'agents de la police technique et scientifique se sont tenus dans toute la France mardi. Ils dénoncent le "mépris" de l'Etat quant à leurs conditions. 

Les agents de la police technique et scientifique sont en colère.A l'appel d'une intersyndicale, 80% des experts étaient en grève mardi dans toute la France. 50% des 2.200 agents de la filières sont descendus dans les rues, où des rassemblements étaient prévus à Lyon, Marseille, Lille, Toulouse, Bordeaux et Rennes.

Reçus par un échantillon de députés. A Paris, ils étaient environ 200 à s'être rassemblés devant la préfecture de police à 12 heures, avant de marcher jusqu'à l'Assemblée nationale, sous escorte policière. Sur place, les syndicats de la police technique et scientifique ont été reçus en début d'après-midi, par un échantillon de députés issus de différents groupes de l'Hémicycle.

Une prime de 100 euros par mois. Concrètement, ces "experts" de la police nationale estiment avoir été "oubliés pendant 10 ans de toutes les revalorisations salariales" dans la police.

Le 22 octobre dernier, François Hollande avait annoncé la venue de "propositions ambitieuses" pour la filière. Les agents ont finalement obtenu une prime d'une centaine d'euros en reconnaissance de la pénibilité du travail et des risques encourus dans le cadre de leur fonction. En ce sens, l'administration prévoit également de doter ces scientifiques d'une arme de service, en plus de leur gilet pare-balles. "Des propositions indécentes" symptomatiques du "mépris des dirigeants pour les experts de la police nationale", ont estimé les syndicats. 

"Aboutir rapidement à une réforme crédible". Ces derniers réclament en effet des mesures concrètes allant vers une reconnaissance leur statut. "Il est temps désormais d’aboutir rapidement à une réforme crédible qui revalorisera réellement la filière scientifique de la police et les agents qui la font vivre", réclament les syndicats de la police scientifique dans un communiqué.