Elle vivait avec 2 loups et 85 bêtes

  • A
  • A
Elle vivait avec 2 loups et 85 bêtes
Deux loups et 85 autres animaux ont été retrouvés dans un pavillon à Brest.@ Reuters
Partagez sur :

La ménagerie illégale a été découverte après que la Brestoise ait été mordue par un de ses loups.

Chiens, chats, perroquets, perruches, canaris et... des loups ! La ménagerie clandestine découverte ce week-end va rester dans les annales de Bretagne. Les policiers sont intervenus samedi dans une maison de Brest où une femme avait été mordue par un loup. Sur place, ils ont découvert quelques 85 animaux, enfermés dans des conditions déplorables.

Une ménagerie clandestine et illégale

Parmi les animaux trouvés par la police et la fourrière nationale, figurent deux loups de Tchécoslovaquie, une espère protégée. L'inventaire de trois pages fait aussi état de onze chats, trois chiens, des perroquets, canaris, perruches... Difficile d'en faire le compte exact, certains ayant réussi à prendre la fuite pendant l'intervention.

Tous vivaient dans des conditions déplorables : des excréments jonchaient le sol, l'odeur était pestilentielle. Les animaux ont été transportés au refuge de la SPA de Plouzané, près de Brest. Yohan Corre, le responsable, a précisé que certains d'entre eux étaient "maigres", et qu'il fallait "les resocialiser".

"C'est compulsif, elle achète des animaux en pagaille"

Selon lui, la fourrière était déjà intervenue, il y a quelques années, chez cette femme, connue pour ses nombreux achats de bêtes de tous poils. "C'est compulsif, elle achète des animaux en pagaille, elle n'hésite pas à parcourir la France pour acheter des animaux", a affirmé Yohan Corre.

"Dans la région cette dame est très connue, et les éleveurs font très attention" à ne pas lui vendre d'animaux, a-t-il ajouté. Selon le quotidien Le Télégramme, la femme aurait continué d'en acquérir grâce à des sites internet spécialisés.

Des animaux à l'adoption, une enquête ouverte

La SPA envisage de proposer une partie des animaux à l'adoption, sauf les loups, qui appartiennent à une espèce protégée. Celui qui a mordu la femme a été conservé par les services municipaux qui doivent le montrer à un vétérinaire.

Le parquet a également ouvert une enquête.