Elle vise les policiers avec leur propre arme

  • A
  • A
Elle vise les policiers avec leur propre arme
L'incident a eu lieu à Montigny-en-Gohelle, dans la banlieue lensoise, non loin d'Hénin-Beaumont.@ GOOGLE MAP
Partagez sur :

Des policiers appelés pour tapage nocturne ont été frappés et menacés avec une arme à feu.

Une banale intervention de la police dans la nuit de samedi à dimanche à Montigny-en-Gohelle, dans le Pas-de-Calais, a failli tourner au drame. Les policiers ont été pris à partie, en plein milieu d’une bagarre générale au cours de laquelle une femme a dérobé l’arme d’un agent avant de tenter d’ouvrir le feu.

La femme, ainsi que son mari et trois de ses enfants, ont été mis en examen et écroués. La principale suspecte est poursuivie pour "tentative d'homicide volontaire sur agent de la force publique". Elle est également poursuivie, comme les autres memebres de sa famille pour "violences, outrages et rébellion".

"On a frôlé le pire", a témoigné au quotidien La Voix du Nord une source proche de l'enquête, encore sous le choc.

Le conflit de voisinage vire au pugilat

Dans la nuit de samedi à dimanche, les forces de l’ordre sont appelées dans une zone résidentielle de cette commune proche d’Hénin-Beaumont, des voisins ayant signalé des coups de feu.

Arrivés sur place, les policiers se retrouvent en plein conflit de voisinage entre deux familles ayant déjà consommé de grandes quantités d’alcool. Très rapidement, les policiers sont pris à partie, puis agressés. Dépêchés sur place en renfort, les policiers de la brigade anticriminalité se retrouvent à leur tour au milieu d’une bagarre générale. Une source proche de l’enquête évoque un véritable "pugilat".

Elle dérobe une arme et pointe le policier

Lors de cette bagarre générale, une mère de famille de 42 ans s’empare de l’arme d’un policier tombé à terre avant de viser les fonctionnaires. Cette dernière appuie alors plusieurs fois sur la gâchette, en vain, le cran de sécurité n’ayant sûrement pas été ôté.

Les policiers ont rapidement arrêté quatre personnes, avant que le GIPN, appelé en renforts quelques heures plus tard, interpelle quatre autres personnes. Cinq d’entre eux ont été déférés lundi après-midi devant le parquet de Béthune. La mère de famille devrait être mise en examen pour tentative de meurtre. Le procureur a demandé son incarcération.