Effondrement d'un balcon à Angers : ouverture d'une enquête judiciaire

  • A
  • A
Effondrement d'un balcon à Angers : ouverture d'une enquête judiciaire
Partagez sur :

"Plus aucun blessé ne se trouve en situation d'urgence absolue, sept d'entre eux ont quitté l'hôpital", selon le procureur.

Une enquête judiciaire a été ouverte dimanche pour "homicides et blessures involontaires" après l'effondrement d'un balcon qui a causé la mort de quatre étudiants à Angers, a annoncé le procureur de la République de la ville. Cette enquête devra "reconstituer le déroulement des faits et la cause de l'effondrement" du balcon, ajoute-t-il, précisant qu'"un expert judiciaire en matière de construction s'est rendu sur place".

Des expertises à venir. Le maire d'Angers, Christophe Béchu, avait annoncé plus tôt avoir pris des arrêtés de "mise en péril", qui permettent des expertises immédiates dans les neuf appartements de l'immeuble doté de balcons, pour voir s'il n'y a pas des malfaçons dans la construction.

"Plus aucun blessé ne se trouve en situation d'urgence absolue". Samedi, selon le procureur, "une trentaine de jeunes gens étaient réunis, répondant à l'invitation de leurs amis, à l'occasion d'une pendaison de crémaillère dans un appartement au 3e étage" d'un immeuble du centre d'Angers. Cet accident a causé la mort de 4 personnes âgées de 18 à 25 ans (une fille et trois garçons). Par ailleurs, 14 blessés ont été pris en charge par les services médicaux d'urgence sans pronostic vital engagé. "Plus aucun blessé ne se trouve en situation d'urgence absolue, sept d'entre eux ont quitté l'hôpital", selon le procureur.