Drôme : l'ado souffrait d'une malformation

  • A
  • A
Drôme : l'ado souffrait d'une malformation
L'adolescent de 12 ans, grièvement blessé vendredi dans la Drôme, est décédé samedi de ses blessures.@ MAXPPP
Partagez sur :

Le garçon de 12 ans, qui a succombé samedi après une bagarre, avait une malformation à la tête.

L'info. C'est une bagarre entre adolescents qui a viré au drame. Le collégien de 12 ans, grièvement blessé vendredi lors d'une mauvaise chute après s'être battu avec un camarade dans l'enceinte de son établissement dans la Drôme, a succombé à ses blessures samedi après-midi. L'autopsie a montré que le collégien souffrait en fait d'une malformation à la tête. "Une IRM a été effectuée et il s'est avéré qu'il avait une malformation des vaisseaux sanguins au niveau du cerveau, qui dans tous les cas aurait causé à plus ou moins long terme cette rupture des vaisseaux et donc une hémorragie cérébrale avec une mort cérébrale relativement rapide", a déclaré Raphaël Brun, le père de la victime, sur France Bleu Drôme Ardèche.

"Ne pas accabler" l'autre ado. "C'est cette malformation qui a causé cette hémorragie et ça aurait très bien pu survenir au foot ou en chahutant avec sa soeur à la maison", a poursuivi ce pompier volontaire qui a appelé spontanément la radio dans la matinée. "On veut surtout pas accabler l'enfant impliqué dans cette petite chamaillerie", a-t-il ajouté.

Une bagarre à la cantine. D'après les élèves témoins de la scène, la bagarre "très brève" a eu lieu vers 13 heures vendredi "dans le couloir du réfectoire" de ce collège de la commune du Grand-Serre. Baptiste, 12 ans, reçoit un coup de poing mais "le malaise n'a pas été immédiat".

"Une ou deux minutes" après avoir reçu le coup, Baptiste est sorti dans la cour de récréation. C'est là qu'il a fait un malaise et sa tête a heurté le mur", a expliqué le procureur de Valence. Tombé à terre, l'enfant a dit ne pas pouvoir se relever, puis a été pris de vomissements, avant de faire un arrêt cardiaque. Il a été réanimé par le cuisinier du collège, puis héliporté entre la vie et la mort par les pompiers dans un hôpital de Lyon.

Des témoignages "évolutifs". "Il faut être prudent sur le déroulement des faits, car (la réalité) va être un peu différente de ce qu'on a à présent", a prévenu le procureur, ajoutant que "très peu de témoins confirment avoir vu quelque chose au moment de la bagarre". Les "témoignages" des enfants sont "évolutifs", a-t-il expliqué.

L'agresseur entendu. Âgé aussi de 12 ans, le camarade auteur du coup de poing a été entendu vendredi après-midi par les gendarmes avant d'être remis à ses parents, dans l'attente des suites de l'enquête. Il a obligation de  répondre à toute convocation, a ajouté le procureur. "Il y aura de façon quasi certaine des poursuites pénales", a-t-il dit sans plus de précisions.

D'autres auditions pourront se dérouler après les vacances scolaires pour mieux déterminer quelles étaient les relations dans la classe entre l'auteur et la victime, qui étaient a priori "en très bons rapports" mais s'étaient "un peu chamaillés ces derniers jours", selon le magistrat.