Dreux : il vend des vrais-faux billets SNCF et se retrouve au poste après un contrôle routier

  • A
  • A
Dreux : il vend des vrais-faux billets SNCF et se retrouve au poste après un contrôle routier
@ DAMIEN MEYER / AFP
Partagez sur :

Le jeune homme de 20 ans achetait des billets à des tarifs préférentiels dédiés aux agents SNCF et les revendait via un site de petites annonces. 

Alors que la SNCF est plongée dans une polémique dans laquelle elle est accusée d'avoir fait gonfler ses prix pour Noël, un jeune homme de Dreux escroquait des passagers en vendant des titres de transport utilisables uniquement par les agents SNCF, et cela aurait pu continuer longtemps. 

2.000€ en trois ans. La combine était plutôt simple: le jeune homme de 20 ans volait les numéros de matricule des agents SNCF, notamment celui d'un membre de sa famille, puis s'en servait pour acheter des billets à des tarifs préférentiels réservés aux agentsIl ne lui restait plus qu'à les vendre sur Leboncoin.fr, en empochant un bénéfice au passage, mais toujours en restant sous le prix de vente public. Depuis 2014, une trentaine de personnes se sont fait avoir en pensant acheter un billet moins cher. Le jeune drouais a tout de même réussi à empocher 2.000€ par ce biais. Pour ce qui est du paiement, il demandait des mandats cash en usurpant l'identité de ses proches afin de brouiller les pistes, précise L'écho Républicain.

Il ne se présente pas au commissariat. Les problèmes commencent lorsque les passagers se font contrôler pendant leur trajet avec les billets usurpés : ils sont incapables de prouver qu'ils travaillent pour la SNCF. Au vu de la fréquence de ce cas peu banal, la police est avertie et remonte la piste de l'escroc. Le jeune homme est donc convoqué mardi dernier au commissariat, mais ne s'y rend pas. Pour autant, les policiers n'ont pas eu à bouger le petit doigt pour mettre la main sur lui : le lendemain soir, en refusant de se soumettre à un contrôle routier, il finit... dans ce même commissariat. 

Deux passages devant le juge. Déféré au parquet pour son refus d'obtempérer lors d'un contrôle routier, le jeune homme devra y revenir, une fois l'enquête sur la vente de billets terminée.