Drame familial en Vendée

  • A
  • A
Drame familial en Vendée
@ MAXPPP
Partagez sur :

Six membres d’une même famille, dont quatre enfants, ont été retrouvés morts à Pouzauges.

L’incompréhension règne à Pouzaugues, une petite ville de Vendée comptant environ 5.000 habitants, depuis la découverte dimanche, des corps sans vie des six membres de la famille Bécaud. Quatre enfants, âgés de 3 à 9 ans, ainsi que les deux parents, ont tous été retrouvés morts en début d’après-midi par le grand-père maternel des enfants, selon Ouest France. L'hypothèse principale reste celle d'un drame familial, a indiqué lundi après-midi le parquet de La Roche-sur-Yon.

La piste du drame familial privilégiée

Selon les premiers résultats d'autopsie, la mère aurait subi des "violences importantes". Son corps présentait de "multiples coups de couteau sur le visage, à peu près une douzaine", "une plaie pénétrante au poumon" et "une trace de fracture du crâne avec un objet contondant". Des traces de lutte ont été relevées, ainsi que des traces de sang au mur.

Les quatre enfants ont été découverts en pyjama dans leur lit. Ils auraient été "frappés à plusieurs reprises très fortement avec un objet contondant" au visage, peut-être avec une bûche de bois.

Le père de famille, quant à lui, a été retrouvé pendu, ce qui appuierait la thèse du drame familial. A ses pieds, ont été découverts une bûche et un couteau de cuisine avec des traces de sang. Des anxiolytiques et de la morphine ont aussi été trouvés dans ses poches et dans l'armoire à pharmacie de la maison. Des analyses toxicologiques devaient être réalisées.

Le surmenage en cause ?

Ce médecin généraliste de 34 ans avait "depuis quelques jours ou quelques semaines affiché un certain état de fatigue ou de tension peut-être lié à un stress professionnel important", a indiqué le procureur lors d'une conférence de presse.

L’homme était connu et apprécié, particulièrement à Montournais, à côté de Pouzauges, où il avait installé son cabinet. "Je suis bouleversé, c’est sûr. On a été très surpris, mon épouse et moi", raconte Bernard Rousseau, adjoint au maire, à Europe 1. "On ne comprend pas. C’était mon médecin de famille. Il était très compétent, très simple, bien habitué à notre commune. Il était très apprécié."