Drame de Nantes : "mon frère n’est pas un monstre"

  • A
  • A
Drame de Nantes : "mon frère n’est pas un monstre"
La maison du chauffard de Nantes.@ XAVIER LEOTY / AFP
Partagez sur :

PORTRAIT - La sœur du chauffard qui a blessé 10 personnes en lançant sa camionnette sur une foule évoque l’isolement de Sébastien.

L’INFO. Un jeune homme de 25 ans, blessé à Nantes lundi soir, est mort mardi, a annoncé François Hollande. Neuf autres personnes ont été blessées dans ce drame qui s’est déroulé sur le marché de Noël. Mercredi, on en apprend un peu plus sur le chauffard, visé par une enquête pour assassinat et tentative d'assassinats. Sébastien, pépiniériste de 37 ans, n’a certes toujours pas été entendu – il est encore hospitalisé -, mais sa sœur, elle, s’est confiée dans Le Parisien. "Rien n'excusera jamais ce qu'il a fait", assure-t-elle.

>> LIRE AUSSI - Nantes : enquête pour assassinat après la mort d'une victime

"Le meilleur des tontons". C’est l’image que Loëticia veut garder de son petit frère : celle d’un homme timide, mais très proche de sa famille. "Il y a quelques années, c’était le meilleur des tontons pour ses neveux et nièces", décrit-elle. Un homme passionné par les plantes, qui en a même fait son métier. Mais le portrait s’est considérablement terni ces dernières années.

>> LIRE AUSSI - TÉMOIGNAGE : "j’ai vu les personnes fauchées" par le forcené

Une lente dérive solitaire. Il y a environ sept ans, Sébastien se met à fumer du cannabis. Son comportement se met alors à changer. Sa famille essaie de le faire interner. Il s’y refuse. "Nous aurions dû insister. Je m’en voudrais toute ma vie", assure sa sœur. C’est en effet à partir de ce moment-là que commence son isolement progressif. Son frère déménage dans un petit village de Charente-Maritime, n’ouvre plus sa porte quand sa famille vient le voir et il change même de numéro de téléphone. Il est même  impliqué dans une affaire de vol et recel en 2006, et dans une dégradation de véhicule en 2008

S’il s’est isolé, cela ne fait pas de lui un déséquilibré capable de foncer sur une foule avec sa camionnette, estime Loëticia. Elle ne voit qu’une explication au drame : "un pétage de plombs". Et de conclure : "Ce que mon frère a commis est monstrueux. Mais moi je sais que ce n’est pas un monstre."

>> LIRE AUSSI - Nantes et Dijon : Valls appelle au "sang-froid"