Drame de Moernach : le point sur l'enquête

  • A
  • A
Drame de Moernach : le point sur l'enquête
@ MaxPPP
Partagez sur :

L'ESSENTIEL - L'adolescent de 15 ans qui a tué sa sœur et tenté d'assassiner son frère avait prémédité son geste. Il a été placé en détention. 

L'enquête avance après le drame familial de Moernach, dans le Haut-Rhin. Après être passé aux aveux lors de sa garde à vue, l'adolescent de 15 ans, mis en examen jeudi soir pour l'assassinat de sa soeur de 11 ans et la tentative d'assassinat de son frère de 8 ans a été placé en détention provisoire dans la nuit de jeudi à vendredi. 

>>> Où en est l'enquête ? Comment l'adolescent explique son geste fratricide ? 

Un acte prémédité. Après avoir dans un premier temps attribué le meurtre à un rôdeur, l'adolescent est passé aux aveux, jeudi, lors de sa garde à vue, reconnaissant "son implication directe" dans l'assassinat de sa sœur et la tentative d'assassinat sur son frère. "On a un jeune homme qui donne maintenant une description cohérente du déroulement des faits", a souligné le procureur de Mulhouse, insistant sur le fait qu'il y avait eu "préméditation". Face aux enquêteurs, le jeune garçon a fini par avouer avoir "décidé" de tuer son frère et sa soeur à l'arme blanche, en profitant d'une absence de leurs parents qui les avaient laissés seuls à leur domicile pour suivre un cours de yoga.

>> LIRE AUSSI - L'aîné parle de jalousies et rancoeurs

Jalousie et rancoeur. Lors de ses premières déclarations, l'adolescent avait évoqué une ombre, celle d'un homme qui se serait introduit au domicile familial et avait parlé d'une machette. Avant de passer aux aveux sans toutefois expliquer comment il avait procédé pour s'en prendre à son petit frère et sa petite sœur. Au cours de sa garde à vue, l'adolescent a parlé aux enquêteurs de la jalousie et de la rancœur qu'il ressentait à l'égard de sa fratrie.

 Un "mal-être" à comprendre. L'adolescent est décrit par des voisins comme un adolescent normal, un peu timide et passant beaucoup de temps devant son ordinateur à jouer à des jeux vidéo. Mais pour le moment, le passage à l'acte du jeune homme s'explique plutôt par "un mal-être" que par une éventuelle addiction aux jeux vidéo.

Des expertises à mener. Des expertises psychologiques et psychiatriques très poussées vont être menées. Car c'est lui qui a le premier donné l'alerte. Mardi soir, jour du drame, l'adolescent de 15 ans était sorti du domicile familial en hurlant, le corps maculé de sang et s'était réfugié chez un voisin.