Double meurtre de Montigny-lès-Metz : Henri Leclaire, personnage-clé de l'affaire

  • A
  • A
Double meurtre de Montigny-lès-Metz : Henri Leclaire, personnage-clé de l'affaire
@ AFP
Partagez sur :

Alors que le parquet avait requis un non-lieu, les juges d'instruction ont décidé que Henri Leclaire serait jugé aux assises.

Il sera renvoyé devant les assises, près de 30 ans après le meurtre de deux enfants à Montigny-lès-Metz dont il est accusé. Mis en examen au côté du tueur en série Francis Heaulme dans ce dossier, Henri Leclaire sera bien jugé, a annoncé mercredi Me Dominique Boh-Petit, l'avocate de l'une des parties civiles, confirmant une information du Républicain Lorrain. Les deux juges chargés d'instruire le dossier ont décidé de ne pas suivre l'avis du parquet de Metz qui avait requis, le 21 mars dernier, un non-lieu en faveur d'Henri Leclaire. 

Un double meurtre... L'affaire, qui a connu de multiples rebondissements, remonte au dimanche 28 septembre 1986. Ce jour-là, deux enfants de huit ans, Alexandre Beckrich et Cyril Beining, sont retrouvés le crâne fracassé à coups de pierre sur un talus près d'une voie ferrée à Montigny-lès-Metz, en Moselle.

… dont Henri Leclaire commence par s'accuser. A l'époque, Henri Leclaire travaille dans une imprimerie située en contrebas de l'endroit où ont été découverts les corps deux petits garçons. En décembre, l'homme s'accuse du double meurtre… avant de se rétracter peu après, et d'être mis hors de cause par l'enquête. En 2013, il bénéficiera d'un non-lieu.

Coup de théâtre. Mais un an plus tard, l'affaire connaît un véritable revirement. En effet, après une nouvelle enquête, Francis Heaulme, dont la présence près de la scène de crime a été tardivement attestée, est désigné comme le nouveau suspect du double meurtre. Alors que s'ouvre son procès aux assises de Metz, au printemps 2014, des témoignages de dernière minute viennent bouleverser la tenue du procès.

Mis en examen en 2014. Ces témoignages incriminent clairement Henri Leclaire, présent en tant que simple témoin. A la barre, une clerc d'avocat vient raconter que l'homme s'est épanché sur l'affaire. Devant la cour, elle décrit un homme en transe, qui semble revivre la scène et confie avoir "attrapé les gosses". Dès lors, le procès de Francis Heaulme devient celui de Henri Leclaire, et est reporté sine die après deux jours d'audience. Les confuses tentatives de justification de ce dernier renforcent les doutes à son encontre, et conduisent à l'ouverture d'une information judiciaire. En août 2014, l'ancien manutentionnaire, désormais retraité, est mis en examen et placé sous contrôle judiciaire.

Qui est le coupable ? En 2002, Francis Heaulme, qui a toujours nié avoir frappé à mort les deux enfants, avait lui-même évoqué le nom de Henri Leclaire. Avant de changer de version à maintes reprises. Cette même année, Patrick Dils, condamné à tort pour le double crime, avait lui été innocenté et acquitté après avoir purgé 15 ans de prison. Alors âgé de 16 ans, il avait découvert les corps des deux enfants.

À ce jour, personne n'a encore été reconnu coupable dans ce dossier complexe du meurtre d'Alexandre Beckrich et Cyril Beining. Suite à cette décision des magistrats, mercredi, Henri Leclaire et Francis Heaulme, surnommé "le routard du crime", s'installeront côte à côte sur le banc des accusés lors de ce cinquième procès à venir.