Djihad en Syrie : un jeune Niçois écroué à son retour

  • A
  • A
Djihad en Syrie : un jeune Niçois écroué à son retour
Le jeune de 17 ans a été arrêté à l'aéroport de Nice Côte d'Azur (photo d'illustration).@ Reuters
Partagez sur :

DJIHAD - Ce jeune homme de 17 ans, originaire de Nice, a été mis en examen pour meurtre.

L'INFO. Il était parti il y a sept mois en Syrie, où il a intégré un groupe djihadiste. A son retour en France, ce jeune de 17 ans a été mis en examen pour meurtre sur place et placé en détention provisoire, a-t-on appris jeudi de source judiciaire. Et pour cause : il est soupçonné d'avoir exécuté puis décapité une victime.

Fiché par les services. Comme l'a révélé RFI, le jeune homme, originaire de Nice, est revenu avec son père qui est allé le chercher à la frontière turco-syrienne, a précisé son avocat, Me Martin Pradel. Fiché par les services de renseignement, il a été arrêté à l'aéroport de Nice, en provenance d'Istanbul. Il a été mis en examen samedi dernier pour association de malfaiteurs et homicide volontaire en relation avec une entreprise terroriste et écroué dans la foulée.

C'est un autre djihadiste, lui aussi rentré de Syrie, qui l'a accusé d'avoir participé à une exécution. Il a raconté la scène aux policiers, jusque dans les détails les plus glaçants, et désigné le bourreau sur un trombinoscope. Une accusation d'homicide volontaire qui ne repose que sur un seul témoignage, "truffé de lacunes et d'incohérences", martèle Me Pradel au micro d'Europe 1. "C'est une scène d'exécution suivie d'une décapitation, donc c'est quelque chose d'excessivement grave", explique-t-il. Mais "à aucun moment dans le dossier, on ne me dit où, on ne me dit quand et on ne me dit qui a été ainsi assassiné".

Il a combattu au front al-Nosra. Le jeune homme nie ces faits, tout en reconnaissant avoir intégré un groupe jihadiste. Il dit avoir combattu au sein du front al-Nosra, branche d'Al-Qaida qu'il a ralliée via la Turquie après une phase d'embrigadement sur les réseaux sociaux. Son père a finalement réussi à le convaincre d'abandonner le djihad et de le rejoindre à la frontière syrienne pour rentrer en France. Aujourd'hui, il réclame sa libération, convaincu que son fils n'est pas un terroriste en puissance, mais plutôt une victime influençable.

sur-le-meme-sujet-sujet_scalewidth_460_scalewidth_460

DJIHAD - Une ado de 14 ans soupçonnée d'être partie en Syrie

CYBERDJIHAD - Comment le djihad recrute sur le web