Disparition : un sourcier relance une enquête

  • A
  • A
Disparition : un sourcier relance une enquête
@ MAXPPP
Partagez sur :

INSOLITE - L'homme aux baguettes assure que le corps d'un éleveur, disparu depuis 2012, est enterré sur le site d'une future décharge dans l'Orne.

L'info. C'est une piste inhabituelle que les enquêteurs vont devoir creuser - au sens propre. Alors qu'il venait simplement soutenir des opposants à la création d'un centre d'enfouissement de déchets dans l'Orne, un sourcier affirme avoir détecté la présence d'un corps. Selon lui, André Blandin, un éleveur de chevaux disparu depuis 2012, est enterré sur le terrain. La juge d'instruction en charge de l'enquête sur la disparition de l'éleveur a décidé de suivre cette nouvelle piste.

"Prêter assistance à la justice". Le radiesthésiste, qui est un opposant au centre d'enfouissement, s'était rendu sur place en décembre dernier pour vérifier la profondeur de la nappe phréatique. "Soudain son visage s'est figé. Il a alors regardé au loin en silence pendant un long moment, mais sur le coup, il n'a rien dit", raconte l'une des témoins au Parisien. "Il s'est (ensuite) signalé spontanément pour prêter assistance à la justice dans sa recherche" de l'éleveur disparu en 2012, a précisé le procureur d'Argentan, Hugues de Phily.

>> Le reportage de France 3 sur l'affaire : 

"Ses baguettes se sont croisées". La juge d'instruction en charge du dossier Blandin s'est donc rendue sur place début janvier. Le radiesthésiste a une nouvelle fois "matérialisé un endroit où pourrait se trouver le corps", a expliqué le procureur. "Ses baguettes se sont croisées. Et il a dit 'là il y a quelque chose'", a précisé Hugues de Phily.

"Un sondage radar du sol". "Il est certes insolite que ce témoin soit un radiesthésiste" mais pour la justice il s'agit de demander aux gendarmes de vérifier un témoignage comme c'est habituel dans une enquête, a souligné le procureur. Les services scientifiques de la gendarmerie (IRCGN) vont donc "à échéance rapprochée, dans les prochaines semaines, procéder à un sondage radar du sol pour voir s'il y a un corps", a précisé Hugues de Phily. Et ils creuseront si c'est le cas.

Un espoir pour la famille. Pour la famille du disparu, ce rebondissement est le dernier espoir. "Il faut aller au bout de l'investigation, qu'on en ait le coeur net. On ne peut vivre avec l'idée que peut-être notre père est enterré là, à 300 m de la maison, et ne pas se donner les moyens d'aller le vérifier. Il faut simplement espérer que ce témoignage n'a pas d'autre but que la vérité", confie le fils d'André Blandin au Parisien.