Disparition du petit Antoine en 2008 : la mère et son ex mis en examen

  • A
  • A
Disparition du petit Antoine en 2008 : la mère et son ex mis en examen
@ THIERRY ZOCCOLAN / AFP
Partagez sur :

Il y a quelques semaines, un codétenu de l'ancien beau-père d'Antoine a révélé des confidences sur les circonstances de la mort du garçon de 6 ans.

C'est un rebondissement majeur dans cette affaire restée sans réponse, huit ans après la disparition du petit Antoine, 6 ans, à Issoire, dans le Puy-de-Dôme. La mère de l'enfant, Alexandrine Brugerolle de Fraissinette, 32 ans, et l'ex-compagnon de cette dernière, Sébastien Ribière, 37 ans, ont été mis en examen pour homicide involontaire par manquement délibéré, recel de cadavre, modification de l'état des lieux d'un crime et dénonciation mensongère.

Le témoignage d'un codétenu. Cette mise en examen fait suite aux révélations faites il y a quelques semaines par un ancien codétenu de Sébastien Ribière. Il affirme que ce dernier lui aurait confié que l'enfant était mort d'une overdose, après avoir ingéré de l'héroïne qui traînait sur une table. L'ancien beau-père et la mère d'Antoine auraient ensuite enterré son cadavre dans une zone de campagne autour d'Issoire.

L'ancien beau-père incarcéré. Alexandrine Brugerolle de Fraissinette a été entendue quatre heures par les juges d'instruction, mardi. Entendu à son tour, son ex-compagnon a fait une déclaration spontanée. À l'issue de sa mise en examen, la mère a été laissée en liberté sous contrôle judiciaire tandis que l'ancien beau-père, actuellement incarcéré pour trafic de cocaïne en récidive, a rejoint sa cellule. 

Des propos "pas compatibles" avec les éléments matériels. Interrogés par La Montagne, les avocats de Sébastien Ribière et Alexandrine Brugerolle de Fraissinette se sont insurgés de cette mise en examen, qualifiée d'"anormale" et d'"indigne". Cette décision "est fondée sur des propos dont la crédibilité n'a absolument pas été vérifiée et ne sont compatibles en rien avec les éléments matériels du dossier !", a dénoncé Me Lebert, l'avocate d'Alexandrine Brugerolle de Fraissinette, auprès du journal.

En 2008, Alexandrine Brugerolle de Fraissinette et Sébastien Ribière, couple à la vie chaotique, partagé entre la drogue et l'errance, avaient été placés en garde à vue dans le cadre d'une information judiciaire ouverte alors pour "enlèvement et séquestration". La disparition de sacs poubelles de 100 litres achetés par la mère d'Antoine, qu'elle assurait avoir échangés contre des sacs de 30 litres, intriguait notamment les enquêteurs mais il n'y avait pas eu de mise en examen.