Deux rugbymen du Stade français seront jugés pour agression sexuelle et violences en état d'ivresse

  • A
  • A
Deux rugbymen du Stade français seront jugés pour agression sexuelle et violences en état d'ivresse
Les deux joueurs du Stade français étaient alcoolisés au moment des faits.@ AFP / Montage Europe 1
Partagez sur :

Waisea Nayacalevu Vuidravuwalu et Josaia Raisuqe avaient été arrêtés samedi soir à la sortie d'une discothèque après une altercation.

Deux rugbymen fidjiens du Stade français, interpellés après une altercation à Paris dans la nuit de samedi à dimanche, seront jugés pour violences en état d'ivresse et agression sexuelle pour l'un d'entre eux, a-t-on appris lundi de source judiciaire.

Agression sexuelle puis altercation. Waisea Nayacalevu Vuidravuwalu, 27 ans, et Josaia Raisuqe, 23 ans, placés en garde à vue après leur arrestation près d'une discothèque du 13ème arrondissement, seront présentés mardi au parquet de Paris qui leur notifiera une date d'audience pour leur procès, a précisé cette source. L'une des victimes, une éducatrice spécialisée de 35 ans, a rapporté à la police que Josaia Raisuqe avait "touché (sa) poitrine de manière brutale", selon sa plainte. S'en est suivie une altercation entre les deux sportifs et deux amis de la jeune femme, qui affirment avoir alors reçu plusieurs coups de poing. Ils se sont vus prescrire deux et trois jours d'interruption totale de travail (ITT).

Fortement alcoolisés. Les deux joueurs, qui évoluent au poste de trois-quarts aile, fortement alcoolisés au moment des faits, avaient été placés en cellule de dégrisement. Lundi, en début d'après-midi, une confrontation a eu lieu entre eux et les trois victimes. Lors de cette confrontation, Josaia Raisuqe "a mis en avant son fort taux d'alcoolémie ce soir-là qui a, selon lui, altéré sa mémoire", selon une source proche du dossier. Le Stade français a indiqué qu'il "prendra, bien évidemment, les mesures appropriées" si les faits sont avérés, condamnant "avec la plus grande fermeté toute forme de violence et en particulier les violences faites aux femmes".