Deux jeunes femmes attaquées par une meute de chiens près de Toulouse

  • A
  • A
Deux jeunes femmes attaquées par une meute de chiens près de Toulouse
Un chien. Image d'illustration.@ PATRIK STOLLARZ / AFP
Partagez sur :

Une des deux femmes, grièvement blessée, a déposé plainte contre le propriétaire des chiens.

L'histoire fait froid dans le dos. Deux jeunes femmes se sont fait attaquer par une meute de chiens, a priori affamés, près de Toulouse alors qu'elles ne faisaient que se promener en présence de leurs propres chiens, a rapporté dimanche La Dépêche du Midi.

"Ils se sont jetés sur" ses chiens. L'attaque, qui date d'une semaine, est survenue dans la forêt de Boissède, au sud-ouest de Toulouse. Les deux amies se promenaient alors avec leurs chiens, deux Jack Russel. "Loulou et Najda aboyaient gentiment, manifestant leur bonheur de se balader", se souvient l'une d'elle qui a accepté de témoigner. "Alors que nous étions à une dizaine de mètres d'une maison, je me suis retournée et j'ai vu une quinzaine de chiens qui sortaient d'un trou, au niveau du portail. Ils se sont d'abord jetés sur Loulou et Najda".

Attaquée au niveau de la gorge. N'écoutant que leur courage, les jeunes femmes veulent alors défendre leurs bêtes et essayent de faire fuir les chiens. Mal leur en a pris. "Je me suis fait attaquer, principalement aux jambes mais aussi aux doigts et au cuir chevelu", raconte la trentenaire au quotidien régional, tout en rapportant avoir vu le propriétaire au loin rester immobile. Traumatisée, elle rapporte avoir vu des "chiens faméliques" pour qui elle n'était "que de la viande à dévorer". "Un animal a tenté de m'attraper à la gorge. Je ne sentais rien des blessures, je me battais comme un animal. Je nous voyais tous morts", ajoute-t-elle.

20 points de suture. Hospitalisée, la victime souffre de morsures aux jambes, aux doigts et au cuir chevelu : elle a reçu une vingtaine de points de suture. Alors que l'un de ses deux Jack Russel est mort dans ses bras, elle a déposé plainte contre le propriétaire de la meute, un retraité dont les chiens ont déjà fait parler d'eux dans la commune. En novembre dernier, ils avaient déjà tué le chien d'un voisin. Vendredi, la gendarmerie est intervenu pour procéder à l'enlèvement de ces animaux.