Deux cimetières normands vandalisés

  • A
  • A
Deux cimetières normands vandalisés
Deux cimetières catholiques avaient subi des dégradations à Tracy-sur-Mer et Saint-Béat en février.@ © CHARLY TRIBALLEAU / AFP
Partagez sur :

Deux cimetières normands distants d'une dizaine de kilomètres ont été vandalisés ces derniers jours.

Deux cimetières normands distants d'une dizaine de kilomètres ont été vandalisés en Normandie. A Villiers-le-Sec, dans le Calvados, "une dizaine de crucifix ont été prélevés sur des sépultures et ont été retrouvés plantés à l'envers dans l'allée du cimetière", a indiqué à la mi journée la procureure de la République à Caen, Carole Étienne, qui a ouvert une enquête de flagrance. La justice a été alertée mardi, a-t-elle ajouté sans pouvoir préciser encore la date probable des faits. 

Treize croix arrachées. Des tombes ont aussi été profanées dans un autre cimetière à Saint-Martin-des-Entrées, dans le Calvados, a annoncé en fin de journée la députée du Calvados Isabelle Attard, SE - groupe EELV à l'Assemblée, "condamnant" dans un communiqué "ces faits inquiétants qui s'ajoutent à la série d'actes similaires stupides commis dans plusieurs communes du Bessin", proche des plages du Débarquement, ces 18 derniers mois. Selon l'hebdomadaire la Manche libre, treize croix ont été arrachées à Saint-Martin-des-Entrées, certaines ont été cassées, d'autres replantées à l'envers dans le cimetière.

Colère et incompréhension. "Si l'objectif est de rechercher l'attention médiatique, des actes de solidarité seraient autrement plus porteurs en ces temps où la sérénité des Français a déjà été bien éprouvée. À bon entendeur", a ajouté la députée. Dans l'après-midi le sénateur UDI et président du conseil général Jean-Léonce Dupont avait lui aussi "condamné" les dégradations de Villiers-le-Sec, "qui ne sont peut-être que des actes de pur vandalisme sans signification religieuse particulière" mais qui "provoquent colère et incompréhension".
Un lien avec la profanation de février ? Villiers-le-Sec, 300 habitants, et Saint-Martin-des-Entrées, 500 habitants, se trouvent chacune à une dizaine de kilomètres de Tracy-sur-mer, où plusieurs dizaines de crucifix avaient été déplacés en février. Mais il est trop tôt pour établir un lien, avait indiqué le parquet à la mi-journée. Les dégradations du cimetière catholique de Tracy-sur-mer, annoncées deux jours après la profanation de plusieurs centaines de tombes dans le cimetière juif de Sarre-Union, dans le Bas-Rhin, avaient été dénoncées par le Premier ministre Manuel Valls et le ministre de l'Intérieur Bernard Cazeneuve qui avaient fait part de leur "indignation".
Dans les semaines qui avaient précédé, des dégradations similaires avaient été constatées dans des cimetières dans un rayon de 10 kilomètres toujours autour de Tracy-sur-Mer, à Ryes, Longues-sur-mer et Sommervieux, selon les gendarmes. Une enquête sur les dégradations de Tracy est toujours en cours.