Deux ans après jour pour jour, il tue à nouveau sur la route

  • A
  • A
Deux ans après jour pour jour, il tue à nouveau sur la route
@ MAXPPP
Partagez sur :

L'automobiliste de 23 ans a été condamné lundi a 6 mois de prison ferme par le tribunal correctionnel de Toulouse.

PRISON FERME. Un automobiliste qui a tué un conducteur de deux-roues, deux ans jour pour jour après avoir causé un autre accident mortel similaire, a été condamné lundi à de la prison ferme par le tribunal correctionnel de Toulouse, a-t-on appris auprès de son avocat. L'automobiliste de 23 ans a été condamné à 24 mois d'emprisonnement, dont 18 mois avec sursis et mise à l'épreuve.

Un premier accident mortel un 9 juillet...  Les juges ont révoqué le sursis dont le jeune homme avait bénéficié quand il avait été condamné pour le premier accident mortel. Il s'était alors vu infliger une peine de 18 mois de prison, dont 16 avec sursis. Il avait provoqué le décès du passager d'un scooter après avoir franchi une ligne blanche, selon France 3 Midi-Pyrénées.

...puis un second, deux ans plus tard. A la date anniversaire de ce drame, deux ans plus tard, le 9 juillet 2013, cet artisan a coupé la route, à bord de son camion, à un deux-roues à Fonsorbes, en Haute-Garonne, et tué un motard de 21 ans. A l'audience fin janvier, l'automobiliste était apparu effondré, selon le quotidien la Dépêche du Midi. Il avait expliqué qu'il essayait toujours de comprendre, qu'il n'avait pas vu le motard, et disait vivre un "vrai cauchemar".

"C'est la faute à pas de chance". Son avocat, Me Georges Catala, a annoncé son intention de faire appel. "Personne ne lui reproche une quelconque faute volontaire", a-t-il assuré. "A l'évidence, c'est la faute à pas de chance, d'autant plus qu'à aucun moment on ne lui reproche d'avoir conduit en état d'ivresse ou sous l'empire d'une quelconque saloperie", a poursuivi l'avocat. "Qu'on imagine des peines afin de satisfaire les victimes, je suis tout à fait d'accord", a-t-il ajouté. Mais le condamné, qui a toujours travaillé, "n'a rien à faire en prison".