Des viols dans une maison de retraite ?

  • A
  • A
Des viols dans une maison de retraite ?
@ MAX PPP
Partagez sur :

Cet établissement du Val-de-Marne est également mis en cause dans une affaire de maltraitance.

La maison de retraite des Lilas, à Vitry-sur-Seine, dans le Val-de-Marne multiplie les affaires. Une enquête de police a été ouverte après le dépôt d'une plainte pour des viols commis sur une personne âgée résidant dans l'établissement. Une affaire qui intervient en plein conflit social et peu après la mise à pied d'un agent pour des faits de maltraitance.

"Une enquête concernant des faits qualifiables de viol à l’Ehpad les Lilas a bien été entamée. Commencée par le commissariat de Vitry-sur-Seine, elle a été confiée à la sûreté départementale", a inidqué le parquet de Créteil lundi au Parisien. Selon les premiers éléments de l'enquête, une pensionnaire de l'établissement d'hébergement pour personnes âgées dépendantes, aurait été abusée sexuellement par une personne extérieure.

Cinq personnes suspendues

Certains membres du personnel auraient même eu connaissance des faits sans pour autant les rapporter à la direction. Selon le Parisien, cinq agents de la maison de retraite Les Lilas ont d'ores et déjà été mis à pied à titre conservatoire. La plainte a été déposée le 18 septembre au commissariat de police de Vitry par une adjointe au maire de la commune avertie par des courriers des membres de la famille de la victime présumée.

L'enquête confiée à la Sûreté territoriale permettra de déterminer la responsabilité des membres du personnel dans cette affaire. Forcée de s'expliquer, Fabienne Lecorre, l’adjointe aux personnes âgées, qui préside l’établissement, a assuré que "toutes les mesures d’urgence ont été prises, avec notamment la mise à pied à titre conservatoire de cinq agents de la maison de retraite".

Enquête sur une affaire de maltraitance

Cette affaire vient s'ajouter la mise à pied d'un autre membre du personnel sanctionné pour des faits de violence supposés indépendants de l'affaire de viols. "Un résidant aurait notamment eu le nez cassé à la suite de violences", précise le parquet de Créteil. Une enquête administrative a été lancée. Ces faits interviennent dans un contexte troublé pour l'Ehpad de Vitry qui a, par ailleurs, connu un mouvement social début septembre.

Les syndicats et une partie du personnel avaient envisagé d'exercer leur droit de retrait avant d'occuper le hall de l'établissement pour protester. Les équipes protestent contre le non-remplacement du directeur en congé-maladie depuis plusieurs mois et l'absence de pilotage qui laisse les équipes soignantes "livrées à elles-mêmes sans soutien, ni encadrement", selon le syndicat SUD-Santé-Sociaux.