Ces SMS qui accusent Nabilla

  • A
  • A
Ces SMS qui accusent Nabilla
@ AFP
Partagez sur :

En fouillant dans le passé du couple, les enquêteurs ont retrouvé des messages attestant la piste de violence conjugale dans le couple.

Les textos sont jugés compromettants pour la starlette Nabilla, soupçonnée d’avoir poignardée son compagnon, Thomas Vergara, en novembre dernier. En fouillant dans le passé du couple, les enquêteurs ont retrouvé des messages attestant la piste de violence conjugale dans le couple. Nabilla est soupçonnée d’avoir poignardé une première fois son compagnon en août 2014. La starlette de télé-réalité s’en serait ensuite excusée par SMS.

>> LIRE AUSSI - Nabilla risque jusqu'à 30 ans de détention

Tombé sur "un couteau à barbecue". La scène s’est déroulée au mois d’août, alors que le couple était en vacances à Coudoux, près d’Aix-en-Provence. Nabilla est soupçonnée d’avoir poignardé son compagnon dans le dos. Ce dernier s’était alors rendu à l’hôpital, assurant qu’il était tombé sur "un couteau à barbecue". Déjà, à l’époque, les soupçons se portaient sur la bimbo. Faute de témoignages et d'éléments probants, l'enquête préliminaire n'avait à l'époque pas été poussée plus loin.

"Je t'ai déjà pardonné, je t'aime". D’autant plus que Thomas Vargara semblait lui aussi déterminé à étouffer l’affaire. C’est du moins ce que révèlent les messages qu’il a envoyé à la starlette depuis le téléphone de sa mère. "Je sais bien que tu n'as pas voulu me faire de mal" ou encore "Je t'ai déjà pardonné, je t'aime". D'autres messages écrits par la mère de Nabilla à celle de Thomas Vergara demandent "que son gendre soit indulgent avec sa fille", "que Nabilla n'a jamais voulu le tuer". Des messages qui, selon les enquêteurs, laissent entendre que Thomas Vergara a été volontairement agressé par Nabilla.

>> LIRE AUSSI - Nabilla est "fatiguée" après ses cinq semaines de détention

Un procès mi-2015. Nabilla est soupçonnée d'avoir blessé son petit ami d'un coup de couteau au thorax, dans une chambre d'hôtel de Boulogne-Billancourt, dans les Hauts-de-Seine, dans la nuit du 6 au 7 novembre. Pour ces faits, la jeune femme a été mise en examen pour tentative de meurtre. Ecrouée puis remise en libérée, elle est depuis soumise à un contrôle judiciaire.

Elle doit également s'abstenir d'évoquer l'affaire dans la presse. Et ce jusqu'à son éventuel procès, qui "ne devrait pas avoir lieu avant mi-2015, voire fin 2015", selon le parquet.