Des Roms expulsés à l’aide d’un bulldozer

  • A
  • A
Des Roms expulsés à l’aide d’un bulldozer
@ MAXPPP
Partagez sur :

Les caravanes de 2 familles, installées près d’un supermarché, ont été évacuées par la direction.

C’est par la force et avec un bulldozer que la direction d’un supermarché, à Nantes, a expulsé deux familles de Roms jeudi. La raison ? Ils avaient implanté leurs caravanes sur un terrain proche du Leclerc.

"Ils ont eu très peur"

Au moment de l'intervention, cinq enfants de 3,6 et 13 ans étaient présents dans la caravane. C'est l'un des ainés des familles qui a dû tout seul faire sortir ses petits frères pour les mettre sur le côté, loin de la machine. C’est alors qu’un homme, qui s'est présenté à eux comme le "chef" de l'hypermarché, accompagné d'une douzaine de personnes "en costume", est arrivé. L’opération a débuté ensuite.

"Ils nous ont fait sortir comme des chiens", a déploré une mère de famille Rom, âgée de 55 ans. "J'étais parti à l'école et ma mère ainsi que l'autre mère étaient parties quand le bulldozer est arrivé. Il a poussé de la terre vers les caravanes et puis tout contre une d'elles où il y avait les petits enfants. Ils ont eu très peur", a raconté son fils.

"Ils n'ont pas eu de coeur" :

Traumatisés, les enfants les plus jeunes "ont très mal dormi" cette nuit a raconté leur mère Claudia, à côté des caravanes tirées un peu plus loin et du champ qu'un bulldozer achevait de retourner vendredi matin.

Les Roms vont porter plainte

Alertés par des témoins, les policiers se sont déplacés mais après les faits. Ils ont constaté que les caravanes avaient été posées sur le bord de la route avant de recueillir des témoignages faisant état de cette expulsion par des membres du personnel du supermarché.

Les deux familles Roms ainsi que l'association solidaire Roms Nantes-Est ont annoncé qu'elles allaient porter plainte pour cette expulsion effectuée hors de tout cadre légal. Selon la circulaire du 24 juin 2010 du ministère de l'Intérieur sur les occupations illicites de terrain, les propriétaires privés doivent porter plainte. C'est ensuite à la justice de procéder ou non à l'expulsion par les forces de l'ordre.