Des pompes funèbres bretonnes accusées de réutiliser les garnitures des cercueils

  • A
  • A
Des pompes funèbres bretonnes accusées de réutiliser les garnitures des cercueils
@ STEPHANE DE SAKUTIN / AFP
Partagez sur :

Crucifix, capitonnages ou housses mortuaires : un service funéraire est soupçonné d'avoir utilisé les mêmes garnitures pour plusieurs défunts. 

C'est une lugubre affaire révélée par Le Parisien. En Bretagne, dans les Côtes-d'Armor, une entreprise de pompes funèbres fait l'objet d'une enquête singulière : elle est accusée d'avoir ôté de certains cercueils les crucifix ou les capitonnages qui les ornaient, afin de s'en resservir pour d'autres défunts. 

Un cercueil exhumé mercredi. Dans le cadre de cette enquête, la commune d'Etables-sur-Mer a connu une sinistre exhumation mercredi. Un cercueil présumé dépouillé a été exhumé afin de vérifier s'il contenait encore son habillage. Les gendarmes qui ont procédé à l'inspection sont formels : le cercueil exhumé avait bien été vidé de tout habillage. Ce premier constat est accablant pour l'entreprise de pompes funèbres. L'enquête en cours vise à établir combien de fois ces vols et ces abus de confiance ont pu se produire. 

"On m'a demandé de déscratcher". C'est un marbrier du département qui a fini par donner l'alerte. "J'ai moi-même vu Thierry Morice, le dirigeant, rouvrir le cercueil scellé d'un jeune de 20 ans", confie-t-il. Et ce méfait serait loin d'être anecdotique : "les porteurs funéraires qui travaillaient pour la société m'ont dit que c'était courant", explique le marbrier. Une ancienne assistante funéraire de l'entreprise raconte pour sa part que son patron lui avait demandé un jour de "déscratcher" le capitonnage d'un cercueil. "Quand je lui ai dit que je ne l'avais pas fait, il m'a traité d'incapable". 

Le patron de l'entreprise attend pour sa part d'être entendu pour donner sa version des faits, a-t-il fait savoir.