Déraillement de Brétigny : le scénario d'une catastrophe

  • A
  • A
Déraillement de Brétigny : le scénario d'une catastrophe
Au moins six personnes ont trouvé la mort lors du déraillement d'un train à Brétigny-sur-Orge.@ REUTERS
Partagez sur :

C’est en entrant en gare de Brétigny-sur-Orge que le train a déraillé pour une raison encore inconnue.

L’INFO. Les causes du drame ne sont pas encore connues. Un train Corail Intercités a déraillé vendredi en gare de Brétigny-sur-Orge, dans l’Essonne, tuant au moins six personnes et en blessant au moins douze. Un important dispositif de sécurité a été déployé sur place. Europe1.fr fait le point sur ce que l’on sait des circonstances de cet accident, le plus grave en France depuis 25 ans.



>> A lire aussi : le minute par minute

17h14 : le train scindé en deux. Il était 17h14 quand le train Intercités, parti de la gare d’Austerlitz à Paris à 16h53 en direction de Limoges, est entré en gare de Brétigny-sur-Orge. Le train Corail ne devait que traverser cette gare, mais a alors déraillé. "Il y a deux voitures, les voitures 3 et 4 du train […] qui ont déraillé et le train a ensuite connu, pour ce qui concerne les quatre autres voitures, un déraillement également", a expliqué Guillaume Pepy, le président de la SNCF.

Des wagons couchés sur le quai. Les dégâts sont importants. Une partie de la toiture au-dessus du quai a été emportée et des caténaires sont tombés sur les rails. Quant aux wagons, certains sont couchés sur le quai. Un témoin a raconté à Europe 1 avoir vu "cinq ou six wagons littéralement écrasés".

Trois enquêtes diligentés. Guillaume Pepy a indiqué que trois enquêtes seraient lancées : une enquête de l’autorité judiciaire, une enquête de la SNCF et une enquête du bureau d’enquête accident du ministère des Transports. "Ces enquêtes sont transparentes", a assuré le président de la SNCF, précisant que les experts étaient "déjà sur place". Guillaume pépy s'est montré très ému face aux médias :

> ZOOM : Les précédents accidents ferroviaires

Des hypothèses envisagées. A priori, l’accident n’aurait pas été causé par une erreur de conduite, ni par un obstacle sur la voie. Le déraillement du Corail pourrait être dû à un problème de voie, de rail qui aurait bougé ou d’aiguillage mal enclenché, comme le laisse penser le fait que ce sont les voitures de queue, plus légères, qui ont déraillé en premier. Pendant les grosses chaleurs, les voies se déforment en effet, réduisant ou agrandissant l’écartement entre les rails. Chaque été, des équipes sont chargées de vérifier que le matériel ne souffre pas trop de la chaleur, mais depuis quelques mois, ces équipes sont moins nombreuses. Des travaux ont en outre été effectués sur cette voie fin juin. Or, après les travaux, il existe une période de stabilisation des voies.