Affaire Denis Baupin : "mon client a été un tout petit peu insistant, pas harcelant"

  • A
  • A
Partagez sur :

Emmanuel Pierrat a pris sur Europe 1 la défense de son client accusé de harcèlement sexuel, en se fondant notamment sur la publication de SMS échangés entre ce dernier et la députée du Calvados.

INTERVIEW

"Mon client a été un tout petit peu insistant, cela ne veut pas dire harcelant", a fait valoir Emmanuel Pierrat, avocat de Denis Baupin, au micro d'Europe 1. Pour illustrer sa défense, l'avocat du député de Paris a publié des extraits de SMS échangés par l'écologiste avec certaines des femmes qui l’accusent de harcèlement sexuel. Une démarche qui vise également des journalistes de Médiapart et France Inter, précise le conseil qui leur reproche de ne pas avoir correctement enquêté. "Mon client n’a pas été véritablement interrogé, les vraies questions ne lui ont pas été soumises, les faits précis ne lui ont pas été soumis, il lui a été impossible d’évoquer ces faits", a-t-il déploré.

Enquête. Médiapart, de son côté, a fait savoir que Denis Baupin n’avait pas répondu aux sollicitations des journalistes, où en posant des conditions rendant impossible tout entretien. "Un journaliste vous demande si depuis 20 ans vous avez agressé sexuellement quelqu’un. Vous répondez quoi ? Non. Vous lui dites : 'Est-ce que vous pouvez me donner des indications précises, des noms, des dates, des lieux ? Et dans ce cadre je veux bien vous répondre pour savoir de qui on parle, et quelle est la personne qui a inventé cela pour éventuellement vous donner une explication.' […] Les journalistes répondent non, c’est tout ou rien.", a expliqué Emmanuel Pierrat.

L’Obs a révélé mardi le contenu d’une série d’échanges entre la députée EELV du Calvados Isabelle Attard et Denis Baupin, échanges datés de juillet 2012 et semblant trahir l’insistance de l’ancien vice-président de l’Assemblée nationale à l’égard de l’élue :


Denis Baupin :"Je note avec tristesse qu’il y a certains de mes SMS auxquels tu ne réponds pas :-)"

Isabelle Attard :"Merci pour tes compliments adorables mais non merci :-)"

Denis Baupin : "Non merci à quoi ? Je n’ai encore fait aucune proposition. Lirais-tu dans mes pensées ?"

[...]

Denis Baupin : "Je me rends compte qu’arrive cette terrible période de la semaine où tu t’éloignes de moi. Alors je t’envoie un nuage de petits bisous t’effleurant la nuque pour mieux te mordiller ensuite."

Isabelle Attard, le lendemain : "Denis, je te l’ai déjà dit : merci mais non merci… et j’ai horreur de me répéter !"

Denis Baupin : "Oh là, je ne pensais pas t’embêter à ce point. C’était un peu un jeu. Désolé si je t’ai embêtée. Bises"

Denis Baupin : "Tu es si fâchée que ça ?"

Isabelle Attard : "Je voudrais juste qu’on puisse vraiment bien travailler ensemble sans que notre relation soit polluée par ce genre de messages."

Denis Baupin :"Message reçu. Je pensais que ça t’amusait aussi de jouer. Bises."


Pas de "non" direct. Dans un autre extrait, cette fois publié par Emmanuel Pierrat, la députée fait savoir : "Tu as affaire à une […] amoureuse et comblée par ses amants, c’est mal barré". "Ça n’est pas un non direct, soutient l'avocat, toujours au micro d'Europe 1. "C’est simplement un non qui dit : 'Je n’ai vraiment pas le temps, je suis déjà débordé'. Denis Baupin lui dit : 'Ah bon c’est dommage, je pensais que…'. Elle lui dit 'non, c’est non'. Ce à quoi il lui dit 'non, c’est non'. Et ensuite ça devient très clair, pardonnez-moi. Et après vous avez des échanges où on parle politique. Vous avez Isabelle Attard qui est venue, il y a un mois, dire devant la presse qu’elle ne pouvait plus travailler avec Denis Baupin, et moi j’ai 500 SMS où elle dit : 'on va se retrouver tous les deux pour travailler sur le nucléaire', 'on va se retrouver tous les deux pour travailler sur les éoliennes'... Alors cette femme a été harcelée sexuellement et traumatisée ? Je ne crois pas", a-t-il encore soutenu.