Défenestration : un homme incarcéré

  • A
  • A
Défenestration : un homme incarcéré
@ MAXPPP
Partagez sur :

L’homme qui aurait poussé sa belle-famille à se défenestrer a été emprisonné mercredi.

Comment toute une famille a-t-elle pu sauter par la fenêtre de son appartement, dans la nuit de dimanche à lundi, provoquant la mort d’un bébé ? Si la justice n’est pas encore en mesure de faire la lumière sur cette affaire, elle a néanmoins fait procéder à l’incarcération du principal suspect, Francisco Constantin.

Ce dernier a été écroué mercredi à la prison de Fresnes, dans le Val-de-Marne, il "doit être incarcéré à l'hôpital de la prison", a indiqué une source proche de l'enquête. Poursuivi pour "coups et blessures volontaires ayant entraîné la mort sans intention de la donner", Francisco Constantin est accusé par sa belle-famille de l'avoir menacée avec un couteau dans la nuit de vendredi à samedi, l'incitant à sauter par la fenêtre d'un appartement de La Verrière, dans les Yvelines.

Il maintient la thèse du satanisme

Pour sa défense, le suspect a déclaré aux enquêteurs avoir été pris pour "Satan" par des membres de sa belle-famille qui l'auraient mis dehors avant de le blesser avec un couteau alors qu'il tentait de forcer la porte d'entrée de l'appartement pour prendre un vêtement.

Cette affaire n'a "aucun lien avec la religion, ni avec le satanisme", avait commenté lundi le procureur de la République, Michel Desplan.

Deux autres membres de la famille mis en cause

L'enquête a par ailleurs abouti à l'incarcération du beau-frère de Francisco Constantin, Benjamin Kawa, suspecté de s'être battu avec ce dernier. Mis en examen pour "violences volontaires avec arme provoquant une ITT supérieure à huit jours", il a été emprisonné à la prison de Bois d'Arcy, dans les Yvelines.

L'une des belles-soeurs de Francisco Constantin, suspectée d'avoir participé à la bagarre, s'est par ailleurs vue attribuer le statut de témoin assisté par le juge chargé de l'affaire. "Ce statut lui permet de faire appel à un avocat. Le juge peut la mettre en examen ultérieurement ou la libérer de son statut de témoin assisté", a ajouté cette même source.