Débris d'avion retrouvé à La Réunion : "je n'ai pas dormi de la nuit"

  • A
  • A
Partagez sur :

Ghislain Wattrelos, dont la femme et deux enfants sont portés disparus en même temps que le vol MH370, était l'invité d'Europe 1. 

INTERVIEW

"C'est un moment de douleur extrême. Si c'est confirmé qu'il s'agit bien de débris de l'avion, c'est pour nous la fin d'une histoire, qui ne permet plus aucun espoir".  Ghislain Wattrelos, dont la femme et deux de ses trois enfants ont disparu à bord du vol MH370 de Malaysia Airlines, a fait part de son anxiété, vendredi sur Europe 1, après la découverte d'un fragment d'aile d'avion sur l'île de la Réunion.  

"On avait un tout petit espoir". "On n'avait aucune preuve de crash, donc quelque part, on avait tous encore un petit espoir que l'avion s'était posé quelque part. Je n'ai pas dormi de la nuit, je n'arrête pas de penser. Tout ce que j'ai vécu depuis quatorze mois m'est revenu", confie le père de famille. Le "deuil est totalement impossible à avoir pour mon fils et moi. On veut savoir ce qu'il s'est passé, on veut savoir où ils sont", poursuit-il.

"La France n'a strictement rien fait". Ghislain Wattrelos reproche aux autorités françaises, malaisiennes et australiennes, leur gestion de la situation, dénonçant une "omerta" sur les informations.

"Depuis le début, je reproche à la France de n'avoir strictement rien fait, ni pour découvrir la vérité, ni pour aider aux recherches. Les premiers qui nous mentent sont les Malaisiens et les Australiens. Les autorités de Malaisie ne me donnent aucune information. Je n'ai jamais été en contact avec eux. Depuis un certain nombre de mois, les seuls qui me donnent des informations, ce sont les Australiens, bizarre. Ils ne sont pas en charge de l'affaire officiellement. Ils m'envoient un mail régulièrement pour me tenir au courant de la zone de recherche", détaille ce proche des disparus, qui a plusieurs hypothèses sur le drame. "Je crois plutôt au détournement. Après, soit il a été abattu, soit il y a eu un incident mécanique, soit il a atterri quelque part".