De la poudre suspecte en Seine-Maritime

  • A
  • A
De la poudre suspecte en Seine-Maritime
La Poste (photo d'illustration)@ MaxPPP
Partagez sur :

Huit plis postaux contenant une "poudre non identifiée" ont été réceptionnés mercredi matin.

Les villes de Rouen, du Havre et de Lillebonne ont été les destinatrices d'étranges enveloppes. Huit plis postaux contenant une "poudre non identifiée" ont été réceptionnés mercredi matin dans cinq lieux publics de Seine-Maritime. Des personnels ont dû être placés sous observation médicale, a annoncé la préfecture du département dans un communiqué.

Quatre enveloppes reçues par la CPAM du Havre. Ces envois de poudre de couleur foncée - entre le brun et le gris - ont concerné les villes de Rouen, du Havre et de Lillebonne, à l'est du Havre, a précisé la préfecture. A Rouen, des enveloppes ont été adressées à la direction régionale des finances publiques, à la trésorerie principale et à la police municipale. Au Havre, la Caisse primaire d'assurance maladie (CPAM) a reçu pas moins de quatre enveloppes. Enfin, une enveloppe a également été reçue à la maison de l'intercommunalité de Lillebonne.

Des analyses approfondies réalisées. Selon la préfecture, "une procédure d'isolement des plis et des agents a été déployée immédiatement". Des moyens d'investigation du service départemental d'incendie et de secours ont été déployés "pour effectuer les analyses radiologiques, chimiques et biologiques", a précisé la préfecture. "Des moyens supplémentaires pour des analyses approfondies sont également mobilisés", a-t-elle ajouté, laissant entendre que des analyses plus poussées vont être effectuées dans un laboratoire.

Les personnels sous observation. "A cette heure, après examen par les médecins du Samu, les personnels des sites analysés ont été autorisés à regagner leur domicile, en restant sous observation", a également indiqué la préfecture. Les autorités sont très attentives à l'envoi de courriers contenant de la poudre depuis les attentats du 11 septembre 2001 aux Etats-Unis. Sept jours après ces attentats, des lettres contenant de la poudre contaminée au bacille de charbon (anthrax en anglais) avaient été adressées à des médias, ainsi qu'à des sénateurs américains. Cinq personnes sont décédées et 17 avaient été infectées.