De la nourriture avariée à la crèche

  • A
  • A
De la nourriture avariée à la crèche
La maire du 17ème arrondissement de Paris met en cause la qualité du nouveau prestataire qui fournit les crèches.@ MAXPPP
Partagez sur :

La maire du 17ème arrondissement de Paris met en cause la qualité du nouveau prestataire.

Le coup de gueule. Brigitte Kuster est en colère et elle veut le faire savoir. La maire du 17ème arrondissement de Paris dénonce sur son blog la qualité des repas servis depuis le début de l'année par une entreprise privée dans l'une des crèches de son secteur. Des aliments périmés auraient été livrés plusieurs fois. Elle en appelle désormais au maire de Paris.

Au menu : poulet périmé et fromage moisi. Du poulet périmé depuis deux semaines dans les assiettes de bambins, c'est ce qui aurait pu arriver sans la vigilance du personnel d'une crèche du boulevard Péreire qui a détecté l'incident à temps, avant le service. Brigitte Kuster affirme que l'incident s'est produit deux fois en deux semaines, fin janvier. Une autre crèche, rue de l'Etoile, aurait elle reçu un lot de fromage non périmé mais moisi. Et "rien ne garantit que de telles négligences n’aient pas été ignorées ailleurs à Paris", écrit l'élue.

Le nouveau fournisseur en cause ? La maire du 17ème arrondissement met en cause le nouveau prestataire chargé de la restauration dans les crèches parisiennes depuis le début de l'année. Une entreprise préférée par la Ville de Paris, "malgré son inexpérience en la matière", aux deux entreprises qui se partageaient le marché depuis une dizaine d'années, poursuit Brigitte Kuster.

L'élue assure que l'entreprise en question a déjà été mise en garde par la Ville de Paris pour "une succession de manquements à ses obligations contractuelles (variété des produits insuffisante, défauts dans la facturation, distorsion entre la prestation fournie et le cahier des charges…)". Mais ces rappels à l'ordre seraient "restés lettre morte".

Bertrand Delanoë à la rescousse ? Brigitte Kuster en appelle donc au maire de Paris. La maire d'arrondissement indique qu'elle lui demandera lors du prochain Conseil de Paris, les 11 et 12 février prochains, de "dénoncer sans délai" le contrat et souhaite qu'un nouveau prestataire qui "garantisse la sécurité alimentaire des enfants" soit choisi.