Dans la neige de Courchevel, des Russes soupçonnés de blanchir leur argent sale

  • A
  • A
Dans la neige de Courchevel, des Russes soupçonnés de blanchir leur argent sale
Courchevel est devenue la station la plus chère d'Europe selon le site Trip Advisor.@ MAXPPP
Partagez sur :

PAS BLANCS COMME NEIGE - Le parquet de Chambéry a été saisi sur des projets immobiliers de luxe qui auraient permis à des Russes de blanchir de l’argent sale.  

L’or blanc, un investissement juteux. Courchevel, ses pistes, ses chalets de luxe, et ses investissements immobiliers douteux. Plusieurs projets immobiliers dans cette station huppée de la vallée de la Tarentaise intéressent les justices russe et française. En cause, l’origine douteuse des fonds placés dans deux hôtels étoilés, le Cristal et le Pralong.

Soupçons de détournement. La justice russe soupçonne l’ancien ministre des Finances de la région de Moscou, Alexeï Kouznetsov, et son ex-femme, qui a fait fortune dans l’immobilier, d’avoir détourné plusieurs milliards de roubles aux dépens de Gazprombank, la filiale du géant russe de l’énergie. Déjà arrêté l’an dernier à Saint-Tropez, Alexeï Kouznetsov pourrait donc être extradé vers son pays d’origine. Il est soupçonné d’avoir blanchi l’argent détourné en investissant dans les deux hôtels de luxe, d’une valeur totale estimée à 50 millions d’euros.  

Courchevel

© Reuters

Solidarité conjugale limitée. Aujourd’hui séparés, l’ancien ministre et son ex-épouse ne sont visiblement pas restés en très bons termes puisque le mari rejette la responsabilité des opérations opaques sur sa femme. Son avocat, Maître Grégoire Rincourt souligne que les investissements n’ont rien à voir avec son client car ils ont été faits via "des sociétés constituées par son ex-épouse".

Opérations financières opaques. Parallèlement, la justice française s’intéresse de son côté à des chalets liés à deux anciens dirigeants de la Banque de Moscou aujourd’hui réfugiés à Londres. Ils sont également soupçonnés de malversations. Grâce aux commissions rogatoires russes, la Juridiction Interrégionale spécialisée  de Lyon (Jirs) et Tracfin, la cellule anti-blanchiment du ministère de l’Economie, se sont emparés de l’affaire. Mais comme toujours dans ces affaires de délinquance en col blanc, les filières sont très difficiles à remonter. "Les circuits atypiques empruntés pour acheter tel ou tel bien nourrissent le soupçon sur l'origine des fonds, mais toute la difficulté dans ce type de procédure, c'est de remonter à l'infraction initiale", souligne-t-on au parquet."

Melting-pot de nationalités. Plusieurs sociétés liées de près ou de loin aux investissements dans le viseur de la justice ont été créées dans des paradis fiscaux, ce qui complique l’enquête. Par exemple, une SCI (Société Civile Immobilière) a été créée en 2010 à Nice via une société luxembourgeoise par un homme d’affaires corse habitant en Suisse et par une Slovaque domiciliée du côté néerlandais de l’île de Saint-Martin. Quelques mois après sa création, elle a racheté un chalet pour 7.8 millions d’euros, grâce à des fonds avancés par une société chypriote et à un emprunt contracté auprès de la Société Générale monégasque. Histoire de brouiller encore un peu plus les pistes, cette SCI a ensuite été rachetée par deux autres sociétés, elles aussi basées dans le Grand duché luxembourgeois.

Monaco

© Reuters

300 millions investis chaque année dans l’immobilier. L’immobilier de luxe est une manne financière importante pour la petite commune de Courchevel, dont la population passe de 2.000 à 80.000 habitants l’hiver : 300 millions d’euros sont investis annuellement dans le secteur. Les projets sont à la démesure des sommes engagées. Les palaces proposent jacuzzi, piscines à cascade spa, hammam, bar, caves à vin, et même des salles de cinéma et des discothèques.

La mairie partagée. Pour l’ancien maire Gilbert Blanc-Tailleur, les investissements des riches étrangers sont à la fois une bénédiction, puisqu’ils permettent le développement de la commune, mais aussi un danger, celui de jeter l’opprobre sur Courchevel en cas de malversations. L’actuel édile de la ville, Philippe Mugnier, reconnaît que le foncier est un sujet "extrêmement sensible", mais se prévaut d’une transparence absolue en termes de cession de terrains municipaux. En revanche, le contrôle exercé sur les investissements privés se limite au respect des règles d’urbanisme. Il n’a donc aucun droit de regard sur les opérations financières qui permettent les acquisitions foncières. En attendant, les enquêtes tenteront de déterminer si les investissements des Russes dans l’or blanc sont aussi immaculés qu’ils le paraissent.

sur-le-meme-sujet-sujet_scalewidth_460

CLASSEMENT - Les stations de ski des plus coûteuses aux moins chères

FRAUDE - Un banquier arrêté à Courchevel