CRA de Vincennes, un procès à rallonge

  • A
  • A
CRA de Vincennes, un procès à rallonge
@ MaxPPP
Partagez sur :

Incident au procès de l'incendie du centre de rétention de Vincennes: la défense claque la porte.

Les avocats de la défense ont claqué lundi la porte du procès sur l'incendie en 2008 du centre de rétention administrative (CRA) de Vincennes, dénonçant les conditions "profondément inéquitables" de son organisation. Estimant leurs droits bafoués, ils ont indiqué mardi qu'ils ne comptaient pas, jusqu'à nouvel ordre, revenir participer aux débats.

"Le calendrier qu'on veut nous imposer est incompatible avec les droits de la défense, ce procès est profondément inéquitable", a dénoncé Me Irène Terrel, un des avocats représentant les dix prévenus.

Ce procès doit juger les dix étrangers en situation irrégulière poursuivis pour leur participation présumée à l'incendie qui avait détruit le centre de rétention de Vincennes le 22 juin 2008. Cet incident faisait suite au décès, dans des conditions obscures, d'un Tunisien de 41 ans retenu au centre, le plus grand de France à l'époque.

Le procès passe à trois semaines

Prévu pour durer trois jours, ce procès a déjà connu un démarrage difficile, la cour ayant dû suspendre les débats mercredi dernier, après de nombreux incidents. La reprise du procès ce lundi n’a été que temporaire.

Le tribunal a en effet décidé de tenir trois semaines supplémentaires d'audience à partir de ce lundi afin qu'il puisse visionner des enregistrements vidéo de l'incendie, comme l'avait d'ailleurs demandé la défense.

Les avocats des sans-papiers ont demandé un report du procès pour mieux préparer leur défense, en tenant compte de la vidéo enregistrée. Face au refus la présidente de la 16e chambre correctionnelle, ces derniers ont donc claqué la porte.