Couple de policiers tués à Magnanville : "leur fils a été confronté à une mort extrêmement violente"

  • A
  • A
Partagez sur :

Spécialiste en psycho-traumatisme, le docteur Hélène Romano pense que "tous les facteurs sont réunis pour que cet enfant développe des troubles post-traumatiques". 

INTERVIEW

Coups de couteau et plaie au cou : un couple de fonctionnaires de police a été assassiné lundi soir, à Magnanville, dans les Yvelines, sous les yeux de leur petit garçon de 3 ans. L'enfant a également assisté à l'assaut du Raid au terme duquel a été abattu le suspect, apparenté à l'EI. Indemne mais sous le choc, le fils du couple assassiné devra impérativement être suivi, a estimé sur Europe 1 le docteur Hélène Romano, spécialiste en psycho-traumatisme. 

De probables troubles post-traumatiques. "Ce petit garçon a été confronté à une mort extrêmement violente, une mort intentionnelle donc on sait qu'il y a tous les facteurs pour que cet enfant développe des troubles post-traumatiques", explique Hélène Romano. "Il sera probablement envahi par les images, par le bruit des cris de sa mère, le sang, les odeurs : des choses extrêmement violentes comme ça qui peuvent venir le parasiter", ajoute-t-elle. 

Entendu sur Europe 1
Il sera probablement envahi par les images, par le bruit des cris de sa mère, le sang, les odeurs 

A-t-il conscience de ce qui s'est passé ? "A cet âge-là, l'enfant n'a pas conscience de la mort comme un adulte", assure la spécialiste en psycho-traumatisme. "Par contre, il a conscience de la violence, du fait que sa mère a été agressée. Il a tout à fait notion de l'agressivité et de la violence qui ont été portées sur quelqu'un censé le protéger", précise-t-elle.  

Quel avenir pour cet enfant orphelin ? Brutalement privé de ses parents, ce petit garçon va avoir besoin d'être entouré "d'adultes qu'il connaît et qui vont pouvoir le protéger", affirme Hélène Romano. "Peut-être des grands-parents, des proches, un parrain, une marraine, puissent venir au plus tôt, prendre le relais", suggère-t-elle. "Ce sont des enfants qui peuvent ne pas être condamnés à de la souffrance quand ils sont bien pris en charge."