Coup de filet dans des camps de Roms

  • A
  • A
Coup de filet dans des camps de Roms
La PJ parisienne a mené mardi matin une opération dans trois camps de Roms après des soupçons de mauvais traitements sur des enfants.@ MAXPPP
Partagez sur :

La police a mené mardi une opération après des soupçons de mauvais traitements sur des enfants.

L'opération, menée par la Brigade de protection des mineurs, a débuté dès 6 heures du matin mardi. Quelque 200 policiers et gendarmes ont investi trois camps de Roms à Stains, Aubervilliers et Saint-Denis, en Seine-Saint-Denis. Onze personnes, selon le parquet, ont été arrêtées et placées en garde à vue. Les enquêteurs ont agi dans le cadre d'une opération menée à la suite de suspicions de mauvais traitements sur des enfants obligés de voler.

Des mineurs contraints de voler et mendier

Le réseau est soupçonné d'avoir, "sous la violence et les coups", contraint des enfants de mendier tous les jours dans la capitale et "d'obtenir des résultats". Les mineurs devaient également voler des portefeuilles et des téléphones portables, notamment dans les transports en commun ou aux terrasses des cafés parisiens. Selon des sources policières, des "dizaines de téléphones portables" volés ont été saisis.

Cette opération "préparée de longue date" avec des "objectifs ciblés" avait été organisée après que la police a constaté une "recrudescence de vols en tous genres" dans la capitale. L'enquête, ouverte en août 2011 et confiée à la brigade des mineurs, avait démontré qu'il s'agissait d'une "structure organisée". Il s'agit d'un "véritable réseau", ont dit les sources proches de l'enquête, "comme nous en avons déjà vu avec celui des Hamidovic".

Le réseau dirigé depuis la Roumanie

Parallèlement à ce coup de filet, des enquêteurs français menaient une opération simultanée en Roumanie, d'où le réseau était partiellement dirigé. Trois personnes, qui faisaient l'objet de mandats d'arrêt européens, ont été arrêtées.