Filière djihadiste : six suspects en garde à vue

  • A
  • A
Filière djihadiste : six suspects en garde à vue
@ SICOP
Partagez sur :

Cinq individus sont suspectés d'avoir joué un rôle actif dans le départ vers la Syrie de plusieurs jeunes femmes. Une adolescente est également en garde à vue.

Alors que le ministre de l'Intérieur a présenté lundi, devant l'Assemblée nationale, son projet de loi pour lutter contre le djihad en Syrie, des coups de filet antiterroristes se sont déroulés mardi et mercredi, en région lyonnaise et en Isère. Selon les informations d'Europe 1, six individus sont placés en garde à vue. Cinq d'entre eux sont soupçonnés d'avoir "joué un rôle très actif dans le recrutement et le départ ces derniers mois vers la Syrie de plusieurs jeunes femmes", indique le ministère de l'Intérieur dans un communiqué. L'autre personne gardée à vue est une jeune fille soupçonnée d'avoir voulu partir pour la Syrie.

>> LIRE AUSSI - Les mesures phares du projet de loi anti-terrorisme

Une jeune fille retrouvée dans un appartement. Trois suspects, ainsi qu'une jeune fille, âgée de 14 ans, ont été interpellés mardi matin, dans la banlieue lyonnaise. L'une des opérations, menée par la direction de la Sécurité intérieure, s'est déroulée vers 7 heures près d'une zone industrielle de Meyzieu, dans l'est de l'agglomération lyonnaise.

>> LIRE AUSSI - Qui veut épouser un djihadiste ?

Un frère et une sœur parmi les suspects. Toujours en début de matinée mardi, une deuxième intervention policière s'est déroulée à Vaulx-en-Velin. Là, une jeune fille a été retrouvée par les enquêteurs. Selon les informations d'Europe 1, elle était sur le point de partir faire la guerre sainte en Syrie.

Deux autres suspects ont été interpellés mercredi matin en Isère. Au total, six personnes sont donc en gardes à vue. Selon une source policière, un frère et une sœur figurent parmi les personnes arrêtées. L'un des suspect est aussi lié, selon cette source, au groupuscule islamiste dissous en 2012 Forsane Alizza (Les Cavaliers de la fierté).

Des armes saisies. Des armes ont été saisies lors des différentes perquisitions. Des éléments qui portent des soupçons sur la volonté des suspects de commettre des actes terroristes sur le sol français. L'enquête, ouverte du chef d'"association de malfaiteurs en relation avec une entreprise terroriste", est menée par la Direction générale de la sécurité intérieure (DGSI).

>> LIRE AUSSI - Un recruteur français pour le djihad écroué