Corse : un centre touristique attaqué

  • A
  • A
Corse : un centre touristique attaqué
Deux bâtiments du domaine de l'Anghione ont été soufflés par une explosion mercredi soir.@ CAPTURE D'ECRAN FRANCE 2
Partagez sur :

Un commando a fait exploser deux bâtiments du domaine de l’Anghione, au nord-est de l’île.

Habituellement, à cette période de l’année, les bungalows vétustes du domaine de l’Anghione, près du village de Castellare-di-Casinca, à 30 kilomètres au Sud de Bastia, sont abandonnés. Mais mercredi, à la tombée de la nuit, un groupe d’une quinzaine d’hommes encagoulés et armés a surgi de la pinède et surpris le personnel de l’établissement pour prendre possession des lieux.

Un mode opératoire "vraiment inquiétant"

Les douze employés présents à l’année sur le site sont alors rapidement mis à l’écart, le temps pour les assaillants de poser deux charges explosives. Elles exploseront une heure plus tard, détruisant deux bâtiments du complexe, dont la villa du directeur.

"C’est un attentat avec un mode opératoire d’une violence très importante. Les employés sont restés plusieurs dizaines de minutes sous la menace d’armes et d’hommes cagoulés, il y a un côté traumatisant", a estimé le procureur de la République de Bastia, Dominique Alzeari. "Il n’y a pas eu de violences, de blessés, de coups de feu tirés. Mais c’est tout de même l’attentat le plus grave qu’on ait eu depuis longtemps, tant sur les dégâts que sur le mode opératoire, vraiment inquiétant."

Spéculation immobilière

Le domaine de l’Anghione, propriété de la société Promeo, est dans le collimateur des nationalistes depuis plusieurs semaines. Une centaine de militants, dont des élus à l'Assemblée de Corse, avaient manifesté sur place le 13 novembre pour dénoncer une spéculation immobilière. Promeo, qui a acquis le site pour trois millions d'euros il y a trois ans, a réalisé des travaux pour 1,5 million d’euros, dans le but de revendre le plus vite possible pour… 33 millions en profitant de la loi de défiscalisation Bouvard.

Edifié dans les années 1960, le village touristique s'étend sur 22 hectares de pinède en bord de mer et compte quelque deux cents bungalows, une centaine d'emplacements de camping et 95 mobile homes. Le parquet de la section anti-terroriste de Paris a été saisi et l'enquête a été confiée à la direction régionale de la police judiciaire, à la section de recherche de la gendarmerie de Corse et à la sous-direction anti-terroriste.