Corse : le scénario remis en question

  • A
  • A
Corse : le scénario remis en question
@ Max PPP
Partagez sur :

<CUSTOM NAME="HIGHLIGHT">EXCLU<CUSTOM NAME="HIGHLIGHT"/></CUSTOM> - L'hypothèse d'un bateau débarquant les migrants sur la plage semble peu probable.

123 migrants ont été découverts vendredi matin sur la plage corse de Paragan, près de Bonifacio. D’où venaient-ils, par où sont-ils passés et surtout comment sont-ils arrivés en Corse ? Le scénario est encore très flou et de nombreuses incertitudes demeurent.

Qu’est-ce que la Marine a pu observer ? Durant une grande partie de la journée de vendredi, le sémaphore de Pertusato, censé surveiller les Bouches de Bonifacio, était en panne. Mais en cas de défaillance de ce sémaphore, côté corse, c’est une installation italienne, en Sardaigne, qui prend immédiatement le relais. Cette procédure de coopération n’a rien d’exceptionnelle et elle a fonctionné vendredi.







Un débarquement était-il possible ? Il semble que non en raison de la présence de hauts fonds aux abords de la crique. Autre indice : aucune trace de sel ou d’eau de mer n’a été détectée sur les vêtements des migrants. Enfin, il y avait parmi eux une personne handicapée en fauteuil roulant qui n’aurait pas pu nager jusqu’à la plage.

Sur quel scénario travaillent les enquêteurs ? L’étude des routes maritimes empruntées par les différents navires qui ont croisé au large de Bonifacio en fin de semaine dernière pourrait se révéler déterminante. Partis d’îles italiennes, ils auraient pu débarquer en Corse les migrants, peut-être dans un port, avant de les transporter, par la route, vers la plage où ils ont été retrouvés.

Pourquoi transformer les migrants en naufragés ? Parce que cela leur aurait permis d’éviter d’être placés en garde à vue, comme tous les sans-papiers arrêtés, pour bénéficier des procédures humanitaires prévues au niveau européen.

"Ces personnes sont arrivées par voie maritime directe", a assuré Eric Besson, lundi matin sur Europe 1. Mais le ministre de l’Immigration a reconnu qu’il existait deux hypothèses différentes : "une embarcation légère les aurait déposés" sur la plage ou les migrants "seraient arrivés classiquement dans un port et ensuite auraient été amenés sur la plage". Eric Besson devait participer lundi dans la matinée à une réunion avec l’état-major de la Marine sur la question.