Corse : le geste d'un père "dépressif"

  • A
  • A
Corse : le geste d'un père "dépressif"
Les corps de Stéphane Saada, de son épouse Corinne, de leur fille de 12 ans et de leur fils de 10 ans ont été retrouvés lundi dans la station balnéaire d'Algajola@ MaxPPP
Partagez sur :

Stéphane Saada est soupçonné d'avoir assassiné sa femme et ses enfants avant de se tuer.

Tous les indices convergent vers le père après la découverte des cadavres de quatre membres d'une même famille lundi en Haute-Corse. Les corps de Stéphane Saada, de son épouse Corinne, de leur fille de 12 ans et de leur fils de 10 ans ont été retrouvés dans la station balnéaire d'Algajola, située entre Calvi et L’Ile-Rousse. Les gendarmes ont découvert sur place une carabine et des médicaments.

Stéphane Saada, âgé de 50 ans, était dans un "état dépressif avancé", selon Dominique Alzéari, le procureur de la République de Bastia.

"C’était quelqu’un d’équilibré, de très gentil"

Domicilié à Grenoble, Stéphane Saada était un ancien informaticien reconverti depuis un an dans la rénovation de logements, sur le plateau du Vercors. Sa femme, Corinne Saada, était secrétaire à l'hôpital de La Tronche, près de Grenoble.

Depuis quelques mois, Stéphane Saada passait beaucoup de temps à Villard-de-Lans, en Isère, où il possédait une résidence secondaire achetée il y a une dizaine d'années. La patronne de l'agence immobilière qui avait effectué la transaction le revoyait régulièrement. "C'était quelqu'un d'équilibré, de très gentil, rendant service quand il le pouvait", confie-t-elle au micro d'Europe 1.

Des "difficultés personnelles et professionnelles"

Vendredi dernier, Stéphane Saada a envoyé une lettre au sous-préfet de Calvi, pour l'avertir de son intention de tuer sa famille et de mettre fin à ses jours. Dans cette lettre, il faisait état de "difficultés personnelles et professionnelles". Il ne connaissait pas, ni professionnellement ni personnellement, le sous-préfet de Calvi, Stéphane Donnot.

Le haut-fonctionnaire, qui a pris connaissance de la lettre lundi à 16 heures, a immédiatement fait effectuer des recherches qui ont conduit à la découverte des corps.

Les voisins décrivent "une famille unie et tranquille"

A Grenoble, la famille Saada était très appréciée de ses voisins qui évoquent "des gens très discrets" et "une famille unie et tranquille". L'un d'eux, un retraité de 64 ans, avoue son incompréhension. "Rien ne transpirait. Je l'ai vu (Stéphane Saada) il y a une semaine, avant qu'il ne parte en vacances, il était souriant".

Les autopsies devraient permettre d’en savoir plus sur le déroulement des faits. Et notamment sur la nature de l’arme utilisée, la chronologie des décès et la prise ou non de médicaments.