COP21 : le contrôle aux frontières, "une mesure nécessaire"

  • A
  • A
Partagez sur :

Après l'annonce de Bernard Cazeneuve du rétablissement des contrôles aux frontières pour la COP21, Pierre-Henry Brandet, le porte-parole du ministère de l'Intérieur a évoqué "le risque de troubles à l'ordre public", faisant notamment référence aux Black Blocs.

INTERVIEW

"Cette mesure est nécessaire", a assuré Pierre-Henry Brandet, après l'annonce de Bernard Cazeneuve, vendredi matin, du rétablissement des contrôles aux frontières durant la COP21. Le porte-parole du ministère de l'Intérieur a invoqué : "Les menaces terroristes, mais surtout le risque de troubles à l'ordre public".

Les Black Blocs dans le viseur. "On se souvient de manifestations très violentes en marge de certains grands rassemblements internationaux comme cela avait été le cas à Strasbourg, avec des débordements et la présence de Black Blocs, des extrémistes extrêmement virulents", a-t-il souligné, craignant principalement des violences des mouvances de l'ultra-gauche.    

Ecoutez l'intervention de Pierre-Heny Brandet :


COP21 : La France fermera ses frontières...par Europe1fr

Alors que de grands rassemblements sont prévus autour de la COP21, "on doit utiliser l'ensemble des mesures qui peuvent être prises", a estimé Pierre-Henry Brandet. Ce rétablissement des contrôles aux frontières "n'est pas quelque chose de nouveau", a-t-il indiqué, rappelant que ce type de dispositif avait déjà été mis en place en France lors des G8 et G20, en 2011.

280 points de contrôles. "Plusieurs milliers d'hommes seront mobilisés pour assurer la parfaite tenue de ce dispositif durant un mois [...] sur 280 points de contrôle, fixes et aléatoires", a indiqué Pierre-Henry Brandet. Il faudra en effet assurer la sécurité de 80 chefs d'Etat, "mais aussi de 3.000 journalistes et plus de 2.000 organisations non gouvernementales".

"Ne pas mélanger" immigration et menaces sur la sécurité. Enfin, "il ne faut pas mélanger les deux choses : ce sont deux problèmes distincts", a insisté Pierre-Henry Brandet, à propos des flux migratoires. "Il faut travailler à ce que les contrôles aux frontières de Schengen soient, eux, renforcés et qu'ils montrent toute leur utilité". Là, "cette mesure de rétablissement du contrôle aux frontières est décidée pour un mois, juste pour un aspect précis qui est la sécurité de ce grand rassemblement que sera la COP21", a conclut le porte-parole du ministère de l'Intérieur.