Comment Abaaoud a-t-il pu voyager en Europe ?

  • A
  • A
Comment Abaaoud a-t-il pu voyager en Europe ?
@ DABIQ / AFP
Partagez sur :

Le chef opérationnel présumé des attentats de Paris a réussi à se rendre en France depuis la Syrie.  

La présence d'Abdelhamid Abaaoud sur le sol Français est au cœur de toutes les interrogations vendredi. Le chef opérationnel présumé des attentats de Paris a été tué mercredi lors de l'assaut du Raid, dans un appartement de Saint-Denis, au nord de Paris. Il a également été filmé par la RATP dans le métro parisien, dès vendredi soir dernier. Pourtant, on pensait que le terroriste belge, qui fait l'objet d'un mandat d'arrêt international, se trouvait en Syrie depuis 2013. Comment a-t-il pu arriver jusqu'en France sans être inquiété ?

Plusieurs allers-retours en Europe. Les services de renseignement d’un pays hors de l’Union européenne ont signalé à la France le passage en Grèce du terroriste belge. Selon Le Parisien, il s’y serait trouvé en septembre dernier. Et ce ne serait pas sa seule excursion en Europe depuis 2013. Il aurait également pris l’avion depuis l’Allemagne vers la Turquie en janvier 2014. Il serait, à cette époque, également entré en Europe par la Grèce. A ce moment là, la police belge est à ses trousses. Les autorités grecques viennent de perquisitionner un appartement dans lequel se trouvait son ordinateur portable. Mais il parvient tout de même à décoller tranquillement d'Allemagne, car les autorités locales n'avaient reçu aucun signalement. Abaaoud lui-même s’est vanté, en février dernier, dans la revue djihadiste Dabi, d'avoir mis pieds en Belgique en janvier.

Circule-t-il sous une fausse identité ? A-t-il simplement échappé aux radars ? Profite-t-il de la crise des migrants pour se déplacer ? Pour l’heure, aucune hypothèse n’est exclue. Abaaoud n'est d'ailleurs pas le seul a passé entre les mailles : au moins trois terroristes présents vendredi ont fait le déplacement depuis la Syrie à un moment ou un autre. L'un se serait caché parmi les migrants, un autre avait été signalé, sans suite, par la Turquie... et un dernier a réussi à rentrer en France alors même qu'il y était déjà fiché.  

L’Europe se réunit vendredi. Les ministres européens de l'Intérieur sont réunis en conseil d'urgence ce vendredi, pour tenter de renforcer les contrôles aux frontières. Et pour cause, de nombreuses failles subsistent. Aujourd’hui, si vous êtes un citoyen européen qui revient dans l’espace Schengen après l’avoir quitté, vous pouvez passer quasiment inaperçu. Par exemple, lorsque vous rentrez des Etats-Unis ou de Turquie, on va juste regarder votre passeport sans vérifier si vous êtes fiché dans la base de données des polices européennes. La France veut que cela soit fait systématiquement, pour tout le monde.

L’autre manière de connaître le mouvement des personnes suspectes, ce sont les fameuses données PNR, pour "Passenger Name Record" : les informations que les passagers fournissent aux compagnies aériennes. Les Etats européens demandent à ce que la police et les services de renseignement puissent y avoir accès. Mais le Parlement européen a toujours rejeté ce type de propositions, soucieux de protéger le droit à la vie privée des citoyens européens.