Collision mortelle : "C'est maintenant que je tremble"

  • A
  • A
Collision mortelle : "C'est maintenant que je tremble"
Des passagers du TER accidenté racontent la collision avec un camion mercredi après-midi.@ MAXPPP
Partagez sur :

TEMOIGNAGES - Un TER a percuté un camion mercredi après-midi. Des passagers racontent.

Un grand choc, des passagers violemment projetés au sol, des blessures plus ou moins graves et dans tous les cas, le sentiment d'avoir eu beaucoup de chance. Des passagers du TER Rennes-Saint-Malo ont raconté le violent accident à un passage à niveau dans lequel leur train a été impliqué mercredi après-midi, à la hauteur de la commune de Saint-Médard-sur-Ille, en Ille-et-Vilaine.

Lucien et sa femme se trouvaient dans le premier wagon du TER au moment de la collision. Ils ont encore du mal à réaliser ce qui s'est passé. "On a vu le conducteur du TER sortir en trombe de sa cabine de conduite et s'allonger dans le couloir pour se protéger. Quand j'ai vu l'impact dans le pare-brise... il serait mort aussi", raconte Lucien sur Europe 1.

"Il serait mort aussi" :

"C'est maintenant que je tremble"

Les deux passagers se sont cramponnés comme ils pouvaient pour éviter de chuter. "On n'a pas le temps de réagir. C'est maintenant que je tremble", dit l'épouse de Lucien. Une autre voyageuse qui se trouvait dans le même wagon a aussi été choquée par l'accident : "on a tous été projetés, on n'a rien compris", raconte-t-elle, enroulée dans une couverture de survie.

Certains passagers n'ont pas tout de suite compris que le train avait heurté un véhicule sur un passage à niveau. Aurore, une voyageuse interrogée par Ouest France dit avoir ressenti "une grosse secousse". "J'ai d'abord pensé que le train avait touché un animal ou une voiture, puis les vitres ont explosé. La ferraille nous est tombée dessus, des sièges ont été arrachés", raconte-t-elle.

Assise dans le dernier wagon du TER, où les vitres ont éclaté sous la violence de l'impact, Stéphanie estime s'en être bien sortie. "On a de la chance d'être là", lâche-t-elle.