Accident mortel dans l'Aube : "c'est notre petite fille, on l'aimait"

  • A
  • A
Accident mortel dans l'Aube : "c'est notre petite fille, on l'aimait"
@ MAXPPP
Partagez sur :

TEMOIGNAGE E1 - Seina, 12 ans, est l'une des victimes de l'accident de minibus survenu près de Troyes mardi. Ses parents endeuillés se confient au micro d'Europe1.

Nora et Aboubakri ont perdu leur fille ainée, Seina, âgée de 12 ans, dans l'accident de minibus survenu à Courteranges, près de Troyes, dans l'aube, mardi après-midi. Dans la plus grande dignité, le couple se confie, au micro d'Europe 1, sur le drame qui le touche.



Collision dans l'Aube : "notre petite fille, on...par Europe1fr

"Je sais qu'elle était heureuse". Se souvenir pour tenir.  Les parents de Seina s'accrochent à l'image de leur fille aimée pour supporter leur douleur. "Seina était pleine de vie et toujours en train de rigoler. Elle avait un fort caractère et était toujours partante sur tout", se souvient Aboubakri, son père."Elle voulait être décoratrice d'intérieur", poursuit-il. "Elle était créative, c'était son rêve", appuie sa femme, Nora. 

>> A LIRE AUSSI - Collision dans l'Aube : les corps ont quitté le funérarium

"Je garde l'image de ses bons côtés et de qui elle était, de la façon dont ses camarades ou le voisinage la voyaient. C'est cela qui m'aide à tenir", assure la mère endeuillée, en étouffant un sanglot. "C'était une gentille petite fille, je sais qu'elle était heureuse et qu'elle voulait me rendre fière. "C'est notre petite fille, on l'aimait". 

"Il manque un membre, il manque quelqu'un". "Ce sera dur parce que l'on est une famille unie, très fusionnelle", ajoute Aboubakri. "Cela va être difficile parce qu'il manque un membre, il manque quelqu'un, il manque notre fille ainée", reconnait le couple, de concert.  "On se préparait à partir en vacances, mais là, on ne sait ce que l'on va faire".

>> A LIRE AUSSI - Accident de la route dans l’Aube : que s’est-il passé ?

"Elle nous attend".  C'est dans la foi, que les parents de Seina, sa famille, se retrouvent. "Le fait d'être croyant nous aide justement à tenir le coup", assure sa mère. "On a éduqué nos enfants dans l'amour de l'autre et dans la paix. Nous avons déjà parlé de la mort en famille. On savait que cela pouvait arriver, que cela existait. Son frère a très vite compris, on ne lui a pas caché la vérité, on lui a dit", raconte Nora. "On sait que Seina est dans un endroit qui est bien pour elle et qu'elle nous attend et qu'elle nous surveille".