Cocaïne volée au "36" : le policier sous statut de témoin assisté est suspendu

  • A
  • A
Cocaïne volée au "36" : le policier sous statut de témoin assisté est suspendu
@ MAXPPP
Partagez sur :

Le policier, un temps suspecté de complicité, a été suspendu "à titre conservatoire dans l'intérêt de l'enquête" et pour le protéger.

Il avait été présenté comme le complice du brigadier suspecté du vol des 52 kilos de cocaïne au 36 quai des Orfèvres. Le policier, finalement placé sous statut de témoin assisté dans cette enquête, a été suspendu "à titre conservatoire dans l'intérêt de l'enquête et du service", a affirmé vendredi le ministère de l'Intérieur.

>> LIRE AUSSI - La disparition de 50 kilos de cocaïne secoue le 36

Il conserve son salaire. Ce gardien de la paix, âgé d'une trentaine d'années, est suspendu "à titre conservatoire et à plein traitement". Il recevra donc son salaire "dans son intégralité", a précisé une porte-parole du ministère, confirmant une information du Monde.fr.

06.08 36 quai des orfèvres panneau

"Le protéger au cas où il lui arriverait quelque chose". "Cette suspension a été décidée pour la sérénité de l'enquête et du service de la brigade des stupéfiants, mais aussi pour le protéger au cas où il lui arriverait quelque chose dans le cadre de ses fonctions", a poursuivi cette source. Cette décision "vise plutôt à le mettre au vert plutôt qu'à le sanctionner", a expliqué une source proche du dossier.

>> LIRE AUSSI - Cocaïne volée au "36" : un deuxième policier des Stups' en garde à vue

Le principal suspect suspendu. Dans cette affaire, le principal suspect est un brigadier de police de 33 ans, mis en examen mercredi et placé en détention provisoire. Il est poursuivi pour détournement ou soustraction de biens par une personne dépositaire de l'autorité publique, transport, détention, offre, cession de drogue, ainsi que blanchiment de trafic de stupéfiants en bande organisée. Le ministre de l'Intérieur, Bernard Cazeneuve, avait déjà annoncé sa suspension.

>> LIRE AUSSI - Cocaïne disparue : un policier insoupçonnable mais...

Ce brigadier, "bien noté", en poste aux "Stups" depuis plusieurs années, a refusé de s'exprimer sur les faits qui lui sont reprochés durant ses quatre jours de garde à vue. Il a également refusé de se soumettre à un test de dépistage de consommation de stupéfiants. La drogue, d'une valeur marchande de 2 millions d'euros à la revente, selon les enquêteurs, n'a pas été retrouvée.