Cinq morts dans les Hautes-Alpes : l'imprudence des skieurs en question

  • A
  • A
Cinq morts dans les Hautes-Alpes : l'imprudence des skieurs en question
@ JEAN-PIERRE CLATOT / AFP
Partagez sur :

Cinq skieurs sont morts mercredi dans deux accidents de montagne dans les Hautes-Alpes. Les conditions météorologiques n'étaient pas propices à une sortie.

Journée noire dans les Alpes. Cinq skieurs sont morts mercredi dans deux accidents de montagne dans les Hautes-Alpes. Deux Autrichiens et un Italien ont péri dans une avalanche, dans le massif des Ecrins, parmi un groupe d'étrangers, dont un autre membre a été grièvement blessé. Et deux skieurs hors-piste ont trouvé la mort en dévissant dans le Dévoluy. Les premiers éléments de l'enquête mettent en lumière un manque d'expérience des skieurs, âgés d'une vingtaine d'années.

Sept survivants sous le choc. L'avalanche s'est déclenchée mercredi vers 15 heures, sous le col Émile Pic, à plus de 3.000 mètres d'altitude, sur la commune de Pelvoux. Les quatre victimes faisaient partie d'un groupe de dix skieurs étrangers, encadrés par un guide, dont on ignore encore s'il figure parmi les victimes. Les sept miraculés, des jeunes âgés de 22 à 25 ans, ont donc vu leurs camarades disparaître sous leur yeux, dans cette avalanche de 100 mètres de large, 600 mètres de long. Un mur de quatre mètres d'épaisseur.

Les survivants ont alors sorti les corps de leurs amis, avant même l'arrivée des secours. Pris au piège des conditions météorologiques, ils ont passé la nuit dans le refuge des Ecrins, avec un gendarme à leurs côtés.

Le vent a compliqué la tâche des secours. Choqués mais indemne, ils attendaient jeudi matin que le vent se calme pour être hélitreuillés. De nombreux secouristes aidés d'hélicoptères ont été dépêchés sur place : 24 secouristes des PGHM de Modane, Briançon et du Versoud avec leurs chiens, ainsi qu'une trentaine de sapeurs-pompiers des Hautes-Alpes.

Mais le vent soufflant à plus de 80 km/h sur les lieux de l'avalanche compliquait leur tâche. "Les secouristes font des levées de doute mais il n'y a pas de signe qu'il y ait d'autres personnes sous l'avalanche", a souligné le directeur départemental du Service départemental d'incendie et secours (SDIS), le lieutenant-colonel Patrick Moreau. Le retour des rescapés est espéré dans la matinée de jeudi et leur audition devrait intervenir dans l'après-midi.

Une victime dans un état grave. La victime grièvement blessée, un Autrichien, était en état "d'urgence absolue" et son pronostic vital était engagé, avait indiqué dans un premier temps la préfecture. Evacué en hélicoptère vers l'hôpital de Grenoble, il faisait toujours l'objet d'examens, notamment de scanner, dans la soirée de mercredi, a précisé le parquet de Gap.

Des skieurs imprudents ? Le procureur de Gap a ouvert une enquête. Pour l'heure, les zones d'ombre sont nombreuses. Les gendarmes chargés de l'enquête tentent notamment de savoir si le groupe était accompagné d'un nombre de guide suffisant. Sachant qu'un groupe de onze personnes doit au moins être accompagné par deux professionnels. La question de leur équipement et de leur éventuelle imprudence se pose également.

"On ne sait pas s'il y avait un guide. On a des présomptions, mais pour le moment, pas de certitude", a réagi le procureur de Gap au micro d'Europe 1. Pour l'heure, le gendarme qui se trouve au refuge avec les victimes n'a pu confirmer que leur identité, sachant qu'aucune ne parle français.

"En montagne, il faut être humble". Mais quand on interroge les habitués de la montagne, tous affirment qu'ils ne se seraient jamais engagés mercredi, vu les conditions météorologiques : vent violent, manteau neigeux instable et température clémente. L'alerte météo de la veille précisait d'ailleurs que le seul passage d'un skieur pouvait suffire à décrocher une plaque et créer une avalanche.

"Il y avait beaucoup de vent. Moi qui fais de l'alpinisme, je ne me serai jamais aventuré. Une course en montagne, à cette époque, ça se fait le matin. Mais là, à 14 heures, le vent était le plus fort. Je pense qu'ils ne connaissaient pas assez le terrain. En montagne, il faut être humble, ça veut dire savoir refuser, et je pense que ces gens n'ont pas su refuser", a d'ailleurs réagi Jean Conreaux, le maire de Vallouise, au micro d'Europe 1.

"Journée noire" : 2 skieurs meurent dans un accident simultané.  "Nous vivons une journée noire dans les Hautes-Alpes parce qu'en plus de cette avalanche, nous avons eu dans la même journée deux skieurs qui faisaient du hors-piste, qui ont dévissé et qui sont eux aussi décédés", a poursuivi le préfet des Hautes-Alpes, Pierre Besnard sur Europe 1. "Tout laisse à penser qu'ils ont été pris dans une barre rocheuse et qu'ils sont tombés", a-t-il précisé. Selon nos informations, il s'agit d'une cordée de skieurs de randonnée évoluant en hors-piste qui a "dévissé" dans le massif du Dévoluy.