Charlie Hebdo : "ils voulaient entrer, monter"

  • A
  • A
Charlie Hebdo : "ils voulaient entrer, monter"
@ Anne GELBARD/AFP
Partagez sur :

TÉMOIGNAGE - La dessinatrice Coco raconte comment les terroristes l'ont menacée pour entrer à Charlie Hebdo.

Le fil des événements qui ont conduit à l'effroyable tuerie dans les locaux de Charlie Hebdo commence à se dessiner. La dessinatrice Corinne Rey a raconté au quotidien L'Humanité avoir été prise à partie par les deux terroristes. "J’étais allée chercher ma fille à la garderie', raconte celle qui est surnommée "Coco". "En arrivant devant la porte de l’immeuble du journal, deux hommes cagoulés et armés nous ont brutalement menacées. Ils voulaient entrer, monter. J’ai tapé le code. Ils ont tiré sur Wolinski, Cabu. Ça a duré cinq minutes. Je m’étais réfugiée sous un bureau. Ils parlaient parfaitement le français et se revendiquaient d’Al-Qaïda."

>> DOSSIER SPÉCIAL - Les dernières infos sur l'attentat de Charlie Hebdo

Mobilisation sur Internet. L'attentat commis dans les locaux de l'hebdo satirique, à Paris, a fait douze morts, dont deux policiers, mercredi midi. Cet attentat, le plus important en France depuis plusieurs dizaines d'années, a suscité de nombreuses réactions dans l'Hexagone. Sur Internet, de nombreuses personnes ont affiché leur soutien à Charlie Hebdo sur les réseaux sociaux. Un rassemblement a été organisé mercredi à 17 heures place de la République, à Paris.

Obama, Cameron et Merkel condamnent. L'attentat contre le magazine a également été largement commenté à l'international. Barack Obama a affiché sa solidarité, en condamnant "fermement la fusillade". "La France, et la merveilleuse ville de Paris où cette attaque scandaleuse a eu lieu, sont pour le monde une référence intemporelle qui demeurera bien au-delà de la vision haineuse de ces tueurs", a-t-il écrit dans un communiqué. David Cameron, Angela Merkel ou encore Vladimir Poutine ont aussi eu une réaction de soutien pour Paris.

>> Un numéro vert a été lancé par la police judiciaire de Paris pour recueillir les témoignages des personnes susceptibles d'avoir croisé la route des suspects. Voici le numéro de l'appel à témoins : 08 05 02 17 17