Charlie Hebdo attaqué en justice par la veuve d'une victime pour "abus de confiance"

  • A
  • A
Charlie Hebdo attaqué en justice par la veuve d'une victime pour "abus de confiance"
@ AFP
Partagez sur :

Un an et demi après le décès de son époux Michel Renaud, tué dans les locaux de Charlie Hebdo, Gala Renaud a décidé de poursuivre en justice la nouvelle direction du journal. 

"Abus de confiance". C'est avec ce chef d'accusation que Gala Renaud, veuve du journaliste Michel Renaud, tué lors de l'attentat de Charlie Hebdo, en janvier 2015, porte plainte contre l'hebdomadaire. Selon le journal La Montagne, elle conteste l'affectation des millions d'euros touchés par Charlie Hebdo après les attaques dont sa rédaction a été l'objet. 

Un journal multi-millionnaire. L'hebdomadaire satirique a en effet engrangé 12 millions d'euros provenant des ventes de son premier numéro post-attentat et 4,3 millions d’euros de dons de particulier. La plaignante assure qu’à ce moment-là, Philippe Val, l'ancien directeur de Charlie Hebdo, s'était engagé à reverser l’intégralité de la somme des ventes du magazine satirique aux familles des victimes. "Avant la tuerie, Charlie était dans une situation financière catastrophique. C’est désormais le journal le plus riche de France. Je ressens ce déséquilibre comme une injustice profonde. Michel n’est pas mort pour ça", explique la veuve.

La mémoire de son mari. Or, il y a quelques mois, Gala Renaud a reçu une proposition de dédommagements de 141.000 euros de Charlie Hebdo, beaucoup moins que ce qu’elle estime lui être dû. La veuve assure qu’elle n’est motivée par l’argent mais par la mémoire de son mari. 

"Nous sommes étonnés et choqués". Par mail, la rédaction de Charlie Hebdo a répondu à La Montagne. "Nous sommes étonnés et choqués", a expliqué Éric Portheault, directeur de publication du journal satirique. "Nous avons toujours déclaré que le produit de la vente du journal serait consacré à assurer sa pérennité", assure-t-il précisant trouver la démarche de Gala Renaud "inutile et déplacé(e)".