Charente-Maritime : jugés pour avoir tué et découpé leur dealer à la tronçonneuse

  • A
  • A
Charente-Maritime : jugés pour avoir tué et découpé leur dealer à la tronçonneuse
@ AFP
Partagez sur :

L'homme avait été tué à coups de couteau près de Burie, entre Saintes et Cognac, dans la nuit du 14 au 15 février 2014.

Julien Giraud, un toxicomane de 31 ans accusé d'avoir assassiné et découpé à la tronçonneuse son dealer pour "venger" sa compagne outragée, le soir de la Saint-Valentin en 2014, comparaît depuis lundi devant la cour d'assises à Saintes, avec quatre autres accusés. La victime, Bakari Touré, 29 ans à l'époque, faisait régulièrement le trajet entre l'Ille-et-Vilaine où il résidait et Marennes, en Charente-Maritime, pour y vendre de la cocaïne.

Découpé à la tronçonneuse puis enterré dans des sacs. "Un jour, au domicile de Julien Giraud et de sa compagne, Jessica Labbé, Bakari Touré a fait des avances à celle-ci. Julien Giraud, qui était très amoureux, l'a très mal pris", souligne l'avocate de ce dernier, Me Francesca Satta. A partir de là, les versions des protagonistes divergent. Mais la conclusion de l'histoire quelques jours plus tard est sans appel : Bakari Touré est tué à coups de couteau près de Burie, entre Saintes et Cognac, dans la nuit du 14 au 15 février 2014. Et son corps, dissimulé chez un des accusés, a été découpé quelques jours plus tard à la tronçonneuse avant d'être enterré dans des sacs.

Une dispute liée à la compagne du principal accusé. Lors de sa garde à vue, Julien Giraud a endossé seul la responsabilité du meurtre et du découpage du corps. Aujourd'hui, il explique pour sa défense que Bakari Touré avait essayé de violer sa compagne. Mais Jessica Labbé, elle, déclare que le dealer lui avait proposé une relation sexuelle en échange de drogue. Selon l'avocate Julien Giraud, le meurtre n'était pas prémédité. Dans la voiture de la victime, attirée sous prétexte d'une transaction de drogue, la conversation a vite dégénéré.

L'aide de son frère. Julien Giraud affirme que Bakari Touré a eu un geste qu'il a interprété comme la saisie d'une arme. Le toxicomane a réagi en lui portant des coups de couteau à la tête et au cou, pour se défendre, assure-t-il. Malgré ses blessures, le dealer parvient à s'enfuir et à appeler les pompiers, mais les secours ne parviendront pas à le localiser. Les deux complices le rattrapent, le tuent, et tentent de brûler le corps, en vain. Le cadavre sera découpé quelques jours plus tard à l'aide d'une tronçonneuse achetée par Julien Giraud et son frère.

Mathieu Brard devra répondre de complicité d'assassinat, ce qu'il nie. Les trois autres accusés, dont le frère de Julien Giraud, sont jugés pour recel de cadavre. Le verdict est attendu vendredi.