Charente : 39 enfants évacués d'un car prenant feu soudainement

  • A
  • A
Charente : 39 enfants évacués d'un car prenant feu soudainement
La carcasse du bus qui s'est embrasé très rapidement, dimanche matin, sur la D941 au niveau du lieu-dit Mons, en Charente. @ AFP
Partagez sur :

Un car transportant 39 enfants, de 7 à 12 ans, a pris feu dimanche matin sur la commune d'Etagnac, mais tous les passagers ont pu être évacués peu avant l'incendie.

C'est un incident qui survient à peine deux semaines après le terrible drame de Puisseguin. Dimanche matin, un car transportant 39 enfants et quatre adultes a pris feu, vers 9 heures, sur la commune d'Etagnac en Charente. Mais "tous les passagers et le chauffeur sont indemnes" après avoir pu évacuer le bus peu avant l'incendie, ont indiqué les pompiers de Charente. Il y a deux semaines, le 23 octobre, une collision entre un camion et un car, qui s'étaient immédiatement embrasés, avait tué 43 personnes, à Puisseguin, en Gironde.

"Une très forte odeur de gasoil". Le bus de l'Union Sportive de Cognac transportait 39 enfants, âgés de 7 à 12 ans, de l'école de rugby, quand "le chauffeur et des passagers ont repéré de la fumée sortant du moteur et ont senti une très forte odeur de gasoil", a raconté un porte-parole du CODIS de Charente. Mais un nouveau drame a été évité in extremis, "grâce à la présence d'esprit et au très bon réflexe du chauffeur du véhicule, qui l'a fait très vite évacuer avant qu'il ne s'embrase entièrement", a-t-on précisé de même source. 

"L'accident de Puisseguin en tête". L'incident s'est produit sur la D941 au lieu dit Mons, où une trentaine de pompiers, les gendarmes et le SAMU sont arrivés très rapidement, pour constater que "tous les passagers et le chauffeur étaient sains et saufs et indemnes", selon le porte-parole des pompiers charentais. L'incendie du bus et d'une maison toute proche a été maîtrisé vers 10h30, ne laissant sur la route départementale que "la carcasse entièrement calcinée du car".



Les enfants ont été accueillis à l'école d'Étagnac, avant d'être récupérés sur place par leurs parents ou acheminés dans un autre car. "Même si tout s'est passé dans le calme, les enfants ont eu peur et nous aussi. On avait l'accident de Puisseguin en tête", a témoigné pour Sud-Ouest Alain Rougier, un éducateur qui suivait le bus en voiture.