Catastrophe ferroviaire à Brétigny : 6 morts
© DR

Le déraillement d'un train Intercités a fait six morts et 8 blessés graves, vendredi, dans l'Essonne.

# L'ESSENTIEL

• Un train Intercités a déraillé vendredi à Brétigny-sur-Orge
• Le bilan : 6 morts, 8 blessés graves et 22 blessés légers
• François Hollande, sur place, a dit sa "solidarité"
• L'accident se serait produit au niveau d'un aiguillage

# LE MINUTE PAR MINUTE 

Ce live est maintenant terminé. Merci de l'avoir suivi avec toute la rédaction d'Europe1.fr

00h00. 8 blessés graves, selon Jean-Marc Ayrault. Le Premier ministre a dévoilé un nouveau bilan à minuit. Selon lui, il y aurait six morts, huit blessés graves et 22 blessés légers. Jean-Marc Ayrault a tenu a saluer "l'extraordinaire mobilisation des services de secours".

23h50. Le déraillement "au niveau de l'aiguillage". Selon Alain Krakovitch, le directeur de la sécurité de la SNCF, l'accident se serait produit "au niveau d'un aiguillage qui se situe 200 mètres en amont". D'après lui, un autre train était passé sur la même voie une demi-heure plus tôt, sans qu'aucun signalement n'ait lieu.

23h26. Jean-Marc Ayrault sur place. Le Premier ministre est arrivé sur les lieux de l'accident, accompagné par la ministre de la Santé Marisol Touraine. Il doit s'exprimer dans les prochaines minutes.

23h01. Une collision avec un autre train évitée. Selon Guillaume Pépy, une seconde collision a été évitée de justesse. Le président de la SNCF a rendu hommage aux cheminots "qui ont permis d'arrêter le train et d'éviter qu'il ne percute un autre train qui venait en sens inverse", sans donner plus de précisions.

22h51. L'émotion à Limoges. Deux bus partis de Brétigny-sur-Orge après le drame et transportant des passagers indemnes doivent arriver vers 1h du matin à Limoges.

22h22. Tous les blessés évacués.

L'ensemble des personnes blessées durant la catastrophe ont été évacués vers les hôpitaux, indique le ministère de l'Intérieur.

22h21. La SNCF écarte la cause des travaux. Les récents travaux n'ont pas été effectués sur la voie où a déraillé le train, a fait savoir la compagnie ferroviaire vendredi soir.. 

22h18. Des rames dortoirs installées Austerlitz. La SNCF va disposer des moyens pour héberger les voyageurs bloqués à la gare d'Austerlitz.


22h09. Ayrault à Brétigny-sur-Orgee dans la soirée.

Le premier ministre doit arriver à Brétigny-sur-Orge à 23 heures pour "faire le point" notamment sur "le déroulement des secours, des prises en charge dans les hôpitaux, la prise en charge des familles et des voyageurs". Le Premier ministre sera accompagné des ministres Marisol Touraine (Affaires sociales) et Frédéric Cuvilier (Transports).

22h01. Des travaux sur un aiguillage effectués en juin. Des travaux sur un aiguillage à Brétigny ont été effectués fin juin pour remédier à "un défaut majeur", selon une vidéo réalisée par la SNCF elle-même pour se féliciter de la rapidité des travaux et mise en ligne vendredi soir par plusieurs médias.

Des travaux sur un aiguillage effectués à Brétigny :


21h56. Manuel Valls attendu sur place.

Le ministre de l'Intérieur va se rendre sur les lieux de l'accident vendredi soir. 

21h53. La gare de Brétigny-sur-Orge fermée trois jours. "Pendant trois jours, il n'y aura plus de circulation dans cette gare donc ça va entraîner des conséquences sur un certain nombre de trains, et notamment RER", a fait savoir François Hollande.

Les images aériennes du site après le drame :


21h38. Le trafic du RER C perturbé. Sur la ligne C du Réseau express régional (RER), "le trafic est interrompu dans les deux sens entre Savigny-sur-Orge et Saint-Martin d'Etampes, et entre Savigny-sur-Orge et Dourdan-La Forêt jusqu'à la fin du service", indique la RATP sur son site.

21h24. Des opérations de désincarcération en cours. "Des Pompiers de Paris, qui opèrent sur les bâtiments écroulés, sur des problèmes de structure ont été mobilisés avec des moyens importants avec tout ce qu'il faut pour découper, étayer une structure", a souligné leur porte-parole, le lieutenant-colonel Pascal Le Testu.

21h09. Des pillards ont attaqué les secours. "A 17h30, des individus ont tenté de dépouiller les victimes et notamment les premiers cadavres", a témoigné Nathalie Michel, délégué du syndicat Alliance dans l'Essonne, sur Europe 1. "C'est honteux, inqualifiable, monstrueux", a-t-elle commenté. Un suspect a été arrêté pour vols. 

>> A LIRE AUSSI : Brétigny : les secours caillassés

21h07. Trois enquêtes diligentées. "Trois enquêtes ont été lancées" pour connaître les circonstances du drame, l'une par la justice, une autre par la SNCF et une autre par les services du ministère des Transports", a-t-il ajouté.

>> A LIRE AUSSI : Brétigny : le scénario de l'accident

20h59. Hollande dit sa "solidarité".

Le chef de l'Etat s'est rendu sur les lieux du drame et salue "la mobilisation des secours". "Il six personnes décédées et 9 blessés graves et 22 blessés légers", a détaillé le chef de l'Etat. "Nous devons tout savoir", a-t-il ajouté en évoquant une ligne qu'il connaît pour l'avoir "emprunté très souvent dans sa vie".

Hollande exprime sa solidarité après le drame :


20h45. Des "images de guerre". "J'ai vu beaucoup de blessés, des femmes des enfants bloqués à l'intérieur. J'ai tremblé comme un gosse. Les gens criaient. Un homme avait le visage en sang. Ce sont des images de guerre", a témoigné à l'AFP Vianey Kalisa, un chômeur de 30 ans qui attendait son train en gare de Brétigny pour rentrer à Paris. "C'est choquant, je ne l'oublierai pas", a-t-il ajouté.

20h33. NKM réagit. "C'est quelque chose d'horrible", a témoigné Nathalie Kosciusko-Morizet sur Europe 1. 

20h28. La SNCF exprime son émotion. La compagnie ferroviaire mobilise "tous ses moyens pour aider les voyageurs".


20h24. "Une ligne malade". "Cette catastrophe se situe sur une ligne listée comme malade en 2011 par Guillaume Pepy lui-même", le président de la SNCF, a observé Willy Colin, le porte-parole de l'Association des voyageurs usagers des chemins de fer. Selon lui, "ce sont les trains les plus âgés de la flotte, les plus vulnérables qui circulent sur cette ligne".

20h13. François Hollande est arrivé à Brétigny-sur-Orge.

Il s'entretient actuellement avec les responsables des secours.


20h01. Un secouriste témoigne. Un homme qui a aidé à sortir des blessés du train s'est confié sur Europe 1. "Je suis rentré par où c'était déchiqueté", a-t-il expliqué.

"J'entendais des enfants crier" :


19h56. En plus des morts et des blessés graves, 190 personnes ont été prises en charge, selon un bilan provisoire du ministère de l'Intérieur. Ce bilan est "en constante évolution", a mis en garde Manuel Valls.  C'est la catastrophe ferroviaire la plus grave depuis celle de la gare de Lyon qui avait 56 morts en 1988 à Paris.

>> A LIRE AUSSI : Accident ferroviaires : les précédents 

19h41. Hollande attendu sur place.

19h36. Les hôpitaux parisiens mobilisés. Tous les hôpitaux de la région parisienne sont "en alerte" pour prendre en charge les victimes du déraillement d'un train dans l'Essonne, a indiqué vendredi Marc Giroud, président du SAMU qui dit craindre un bilan "lourd". Les blessés les plus graves vont être acheminés en priorité vers les grandes structures comme l'hôpital Sud francilien (Essonne), le CHU de Créteil, le Kremlin-Bicêtre (Val-de-Marne) et tous les hôpitaux du sud parisien.

© Capture écran BFM TV

19h34. Six wagons ont déraillé dans l'accident. "Il y a deux voitures, les voitures 3 et 4 du train (...) qui ont déraillé et le train ensuite a connu, pour ce qui concerne les quatre autres voitures un déraillement également", a expliqué Guillaume Pepy. 370 personnes étaient à bord du train, a-t-il fait savoir.

19h25. Une cellule psychologique va être mise en place à la gare de Limoges.


19h11. 6 morts, douze blessés.

Le bilan provisoire du déraillement d'un train dans l'Essonne est de six morts et douze blessés, dont neuf très graves, a fait savoir le préfet de l'Essonne, Michel Fuzeau.

Sur place, les secours s'organisent. 300 pompiers, 20 équipes médicales et 8 hélicoptères sont mobilisés à Bretigny-sur-Orge pour secourir les victimes.


19h00. Un numéro vert va être mis en place par la SNCF à destination des personnes qui veulent obtenir des renseignements. Il s'agit du 0800 130 130.

18h53. La nouvelle diffusée à New York. Sur la célèbre place de Times Square, un bandeau annonce la catastrophe ferroviaire, comme l'illustre ce message du journaliste Steven Bellery sur son compte Twitter. 


18h43.Il y aurait "7 morts"

et des dizaines de blessés, a fait savoir Manuel Valls, le ministre de l'Intérieur. Le train concerné est le train 3657 qui a quitté Paris Austerlitz à 16h53 pour rallier Limoges. 
La vitesse du train au moment de l'accident est estimée à 150 km/h. Il devait traverser la gare de Brétigny sans s'arrêter.


18h28."Plusieurs morts" comptabilisées 18h30. Selon Michel Pouzol, interrogé par Europe 1, le maire de Brétigny-sur-Orge, "quatre wagons sont totalement éventrés, en travers de la voie, et ont arraché les toits des quais".

18h21.Des victimes redoutées.

Selon Le Parisien, les secours ont dénombré huit morts mais le porte-parole du ministère de l'Intérieur ne confirme pas cette information.

18h16. "Le train est renversé sur le quai de la gare. Il a percuté le quai. Il y a des blessés, il semblerait aussi qu’il y ait des morts. Le train s’est carrément couché sur le quai, il y a eu un déraillement et le train s’est couché sur le quai", a confié un témoin au micro d'Europe 1.

"Le train s'est couché sur le quai" :


>> A LIRE AUSSI : "Des wagons littéralement écrasés"

18h07. Couché sur le flanc. "Le train est arrivé en gare à grande vitesse. Il a été séparé en deux pour une raison encore inconnue. Une partie du train a continué à rouler tandis qu'une autre s'est couchée sur le flanc sur le quai", a indiqué une source policière, selon qui il y a "apparemment une personne décédée".


18h03. Des photos de l'accident, qui s’est produit sur la ligne C du RER, ont été publié par plusieurs témoins sur le réseau Twitter.

17h53.Déraillement d'un train dans l'Essonne.

Un plan rouge déclenché. a été décrété par les pompiers de l’Essonne et une cellule de crise a été mise en place à la SNCF. Le trafic a été interrompu au départ et à l'arrivée de la gare d'Austerlitz à Paris.

17h16. La première alerte a été déclenchée par la SNCF sur son compte Twitter