Catastrophe de Brétigny : les victimes reçues par les juges en mai

  • A
  • A
Catastrophe de Brétigny : les victimes reçues par les juges en mai
Le 12 juillet 2013, le déraillement d'un train en gare de Brétigny-sur-Orge avait fait sept morts et des dizaines de blessés.@ KENZO TRIBOUILLARD / AFP
Partagez sur :

Après quasiment trois ans d'enquête, les victimes de la catastrophe ferroviaire qui avait fait 7 morts seront reçues le 9 mai par les juges d'instruction chargés du dossier.

Les victimes de la catastrophe ferroviaire de Brétigny-sur-Orge, dans l'Essonne, seront reçues le 9 mai par les trois juges d'instruction chargés du dossier, une première après quasiment trois années d'enquête, a-t-on appris lundi auprès de leurs avocats.

"Curieux que cela n'arrive que maintenant". "C'est la moindre des choses. On attendait cela depuis plusieurs mois, c'est curieux que cela n'arrive que maintenant", souligne Gérard Chemla, conseil de l'association "Entraide et défense des victimes de la catastrophe de Brétigny", à l'origine de la demande. D'autres avocats de victimes ont confirmé la date du 9 mai convenue pour cette réunion d'information. Près de trois ans après l'ouverture de l'information judiciaire, "les victimes n'ont bénéficié d'aucune information de la part des juges d'instruction", avait souligné Gérard Chemla dans une lettre adressée aux juges, début février.

La SNCF "et ses trucages" en question. Dans ce courrier, il avait également demandé la présence des experts ferroviaires et métallurgiques pour qu'ils puissent être interrogés sur leurs différents rapports. "Nous poserons également des questions autour de la SNCF et de ses trucages", ajoute l'avocat, alors que des écoutes judiciaires laissent supposer que l'entreprise a préparé les personnes entendues par la justice. Début avril, la SNCF a été condamnée à verser 60.000 euros de provisions à l'association pour l'aider à supporter les coûts d'une procédure très technique.

Le 12 juillet 2013, le déraillement d'un train en gare de Brétigny-sur-Orge avait fait sept morts et des dizaines de blessés, à cause d'une éclisse - sorte de grosse agrafe sur l'aiguillage -, dont une fissure n'avait pas été détectée lors des tournées de surveillance, et dont trois des quatre boulons s'étaient cassés ou dévissés. L'éclisse avait alors pivoté, provoquant l'accident. Depuis l'ouverture d'une information judiciaire par le parquet d'Évry, seules deux personnes morales ont été mises en examen, la SNCF et Réseau ferré de France (RFF), toutes deux mises en cause pour homicides et blessures involontaires. Trois cheminots de la SNCF, chargés de la surveillance des voies au moment du déraillement, ont été placés mi-janvier sous le statut de témoin assisté.