Carlton : Menault muté à Paris

  • A
  • A
Carlton : Menault muté à Paris
Jean-Claude Menault ne sera pas mis à la retraite d'office@ MAXPPP
Partagez sur :

Le chef de la police du Nord sera muté "dans les prochains jours" dans la capitale.

Entendu jeudi en garde à vue dans le cadre de l'affaire de proxénétisme liée à l'hôtel Carlton de Lille, le chef de la police du Nord, Jean-Claude Menault, va quitter ses fonctions la semaine prochaine, a-t-on appris vendredi de source proche du dossier. Il devrait être "muté dans l'intérêt du service à titre provisoire", selon des informations recueillies par Europe 1.

"Je pense que ça va être rapide", a ajouté cette source. Il sera muté à Paris a annoncé vendredi le ministère de l'Intérieur. De source proche du dossier cité par l'AFP, M. Menault irait à la direction centrale de la sécurité publique.

A l'issue de sa garde à vue hier à l'IGPN dans le cadre de l'affaire du Carlton de Lille, le haut fonctionnaire âgé de 62 ans "a été invité à faire valoir ses droits à la retraite". Ce qui ne signifie pas qu'il ait été mis à la retraite d'office. "Il n'y a pas de procédure disciplinaire à son encontre en interne", ajoute la source interrogée par Europe 1.

Pas de retraite d'office confirme Guéant

Le ministre de l'Intérieur Claude Guéant a confirmé cette information vendredi, alors que l'AFP avait annoncé une mise à la retraite d'office du fonctionnaire de police à compter du 2 novembre. "Non, pour qu'il y ait une mise à la retraite d'office, il faut qu'il y ait une procédure disciplinaire et il n'y a eu aucune procédure disciplinaire à son encontre", a ainsi réagi le ministre.

"S'il a la possibilité de prendre sa retraite, c'est à son initiative", a ajouté Claude Guéant lors d'un point de presse.

Nouveau directeur départemental

Le directeur départemental de la sécurité publique du Nord avait été entendu pendant 5 heures par la "police de polices", jeudi à Paris. Il ne fait l'objet d'aucune poursuite. Un nouveau directeur départemental devrait être nommé pour lui succéder dans les jours qui viennent, Jean-Claude Menault

Les enquêteurs souhaitaient notamment l'interroger sur un voyage à Washington en décembre 2010 pour y rencontrer Dominique Strauss-Kahn, ainsi que sur ses relations avec d'autres mis en examen dans ce dossier, comme le commissaire divisionnaire Jean-Christophe Lagarde.