Cannabis : le mystère de la "Kangoo connection" s’éclaircit

  • A
  • A
Cannabis : le mystère de la "Kangoo connection" s’éclaircit
@ MAXPPP
Partagez sur :

STUPS - L'enquête sur la cargaison d'une tonne de cannabis découverte en marge des investigations sur les 52 kilos de coke du "36" progresse.

INFO. Décidément, en matière d'enquête policière, le "hasard" fait parfois bien les choses. En marge de la retentissante disparition de 52 kilos de cocaïne des locaux de la Brigade des stups au sein du prestigieux 36 quai des Orfèvres, en juillet dernier, les enquêteurs de la police des polices avaient eu la main heureuse en découvrant un stock impressionnant d'une tonne de cannabis au gré de leurs perquisitions, début août. Or, Le Parisien révèle mercredi que l'arrestation d'un homme dans une tout autre enquête portant sur un règlement de comptes en Seine-Saint-Denis, a donné un récent coup d'accélérateur à cet étonnant dossier.

>> LIRE AUSSI - Les policiers découvrent une tonne de cannabis par hasard

Deux Kangoo, une tonne de shit. L'affaire a donc débuté avec une perquisition visant un local loué par un des policiers impliqués dans l'affaire du 36 dans un ensemble de garage du XIIIe arrondissement de Paris, le "Chinatown" de la capitale. Lors de cette opération, un chien anti-drogue "marque" à l'entrée d'un box mitoyen : à l'intérieur, les policiers trouvent une Renault Kangoo renfermant 356 kilogrammes de résine de cannabis.

Plus tard, dans un second box loué par le même individu, les enquêteurs trouvent cette fois 600 kg, portant la saisie totale à une tonne de résine de cannabis. Un lien éventuel entre ce stock et l'affaire du "36" est vite éludé et cette nouvelle enquête est confiée aux hommes de l'Office centrale pour la répression du trafic illicite des stupéfiants (OCRTIS). 

 >> LIRE AUSSI - Vol de cocaïne au "36": le brigadier mis en examen

Une enquête sur un règlement de comptes… Tout s'accélère avec l'interpellation, le 20 aout dernier, d'un jeune homme de 27 ans suspecté pour un meurtre et une tentative de meurtre survenus trois jours plus tôt dans une cité de Saint-Denis, en Seine-Saint-Denis. Ce jour-là, un jeune de 20 ans est abattu d'une balle dans la tête et un second, âgé de 23 ans, est très grièvement blessé de 6 balles de 9 mm.  Entendu en garde à vue par la PJ du 93, l'homme n'est finalement pas mis en cause dans cet affaire d'homicide… mais se montre très bavards quant au mystérieux "shit" du XIIIe.

>> LIRE AUSSI - Cocaïne disparue : un policier insoupçonnable mais ...

… et une partie du voile se lève. L'homme explique aux policiers qu'il a joué dans l'importation de la tonne de cannabis retrouvée dans les deux utilitaires. Les policiers de l'OCTRIS, qui  avaient déjà identifié cet individu comme un suspect potentiel dans leur enquête, n'ont plus qu'à venir le cueillir et écouter son récit.

>> LIRE AUSSI - La disparition de 50 kg de cocaïne secoue le 36 Quai des Orfèvres

C'est ainsi que le trafiquant présumé leur raconte le destin funeste du prétendu gros bonnet de ce trafic : le propriétaire de la cargaison aurait en fait été tué début 2014 en Espagne, sur la Costa del Sol, lieu de villégiature de nombreux Français impliqués dans le "business". L'homme a été mis en examen dimanche et placé en détention provisoire. Les policiers s'attachent désormais à vérifier ces déclarations et à reconstituer l'organigramme de ce réseau et mettre au clair le mystère de la "Kangoo connection".