Cambrioler Steve Jobs, une mauvaise idée

  • A
  • A
Cambrioler Steve Jobs, une mauvaise idée
@ REUTERS
Partagez sur :

Un homme s’est introduit au domicile du co-fondateur d’Apple  et a été trahi par son butin.

Trois iPad, un Mac mini, un iMac, trois iPod, deux iPhone, un MacBook, une Apple TV : Kariem McFarlin n’est pas reparti les mains vides du domicile de Steve Jobs, qu’il est soupçonné d’avoir cambriolé mi-juillet. Mais il n'est pas allé très loin.

Non seulement le suspect n’a pas réalisé dans quelle maison il s’était introduit, mais il a commis l’étourderie de se connecter à iTunes avec le matériel glané. Résultat, il a été rapidement identifié et localisé, avant d’être directement inculpé.

Un cambriolage à 60.000 dollars

Le 17 juillet dernier, une villa cossue de la Silicon Valley, au sud de San Francisco, a été visitée par un cambrioleur. Ce dernier a profité que la maison soit en travaux et vide pour s’y introduire. Montant estimé du butin, principalement du matériel high-tech et des bijoux : environ 60.000 dollars, soit 49.000 euros.

"Les preuves semblent indiquer que (la maison cambriolée a été choisie) au hasard", a précisé  Scott Tsui, du bureau du procureur, "j'imagine qu'après être entré, il s'est rendu compte à un moment que ce n'était pas la maison de n'importe qui".

Le cambrioleur identifié grâce au matériel volé

En effet, la maison cambriolée n’était pas commune : il s’agissait de celle de Steve Jobs, le co-fondateur d’Apple mort le 5 octobre dernier d'un cancer du pancréas à l'âge de 56 ans. Ce qui explique l’impressionnante quantité de matériel Apple dérobée par le cambrioleur.

Mais ce dernier a eu l’imprudence d’utiliser le matériel volé pour se connecter à iTunes, un portail en ligne qui permet d’acheter musique, film et autres applications. Résultat, les serveurs d’Apple ont immédiatement identifié le matériel déclaré comme volé et contacté les services de police.

Kariem McFarlin, 35 ans, a été arrêté le 2 août et placé en détention mardi. Il risque jusqu'à 7 ans et 8 mois de prison. Quitte à vivre dans l’illégalité, il aurait été plus inspiré de télécharger de la musique piratée sans passer par iTunes.